Aller au contenu principal

Séries en images

Soutenue au niveau national par le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) et l’ANCT (Agence nationale de la cohésion des territoires), l’expérimentation interrégionale Séries en images a été lancée auprès des coordinations régionales du dispositif Passeurs d’images.

Actualités
Évaluation Séries en images

L'évaluation du projet expérimental Séries en images est en ligne : l'occasion de (re)découvrir les actions qui ont été déployées auprès des publics, sur les territoires, tout en ayant un regard analytique sur les effets produits par les ateliers ainsi que sur les plus-values pédagogiques, les possibilités de médiation apportées par le médium sériel.

Cette évaluation a bénéficié des conseils de Félix Dupin Meynard, chercheur en science politique au CEPEL (CNRS-Université de Montpellier).

Restitution : le 15 octobre 2020

La journée de restitution et de valorisation du projet expérimental Séries en images s'est tenue le 15 octobre 2020 à la BnF (Bibliothèque François Mitterrand).

La journée a été l’occasion de découvrir les productions sérielles réalisées par les jeunes pendant les ateliers, participer à des échanges et des discussions autour des séries, de leurs possibilités créatives et pédagogiques, tout en rencontrant des artistes et des professionnel·les travaillant sur ces questions.

La restitution de cette journée est en ligne !

Enjeux et objectifs

La genèse du projet expérimental interrégional Passeurs d’images, Séries en images, prend forme dans le constat, partagé par l’ensemble des professionnel·les de l’éducation aux images, que les publics jeunes fréquentent de moins en moins les salles de cinéma, lesquelles ont pourtant été longtemps le pivot et le fondement d’un apprentissage culturel et citoyen.

Le réseau Passeurs d’images, constitué des coordinations régionales du dispositif, des partenaires institutionnels et de la coordination nationale, a fait le choix dès fin 2018 de mettre l’accent sur les séries dans leurs propositions pédagogiques et artistiques, auprès des publics cibles du dispositif éponyme.

En effet, 200.5 millions de spectateur·rices français·es sont allé·es au cinéma en 2018selon les chiffres du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC). Ce résultat marque une baisse de 4,25 % par rapport à l’année 2017.  Il apparaît ainsi que les intérêts et les pratiques culturelles des publics, notamment les publics jeunes, sont souvent ailleurs : sur les réseaux sociaux, sur les plateformes numériques diffusant des contenus audiovisuels, tant amateurs que professionnels (YouTube, Netflix, ou encore Instagram, Facebook, Snapchat, etc.).

La démultiplication des nouveaux formats et supports audiovisuels offre de nouvelles perspectives et de nouveaux possibles en termes de création, de partage, de narration, de communication, de diffusion et de visionnage.

Il s’agit pour les acteur·rices de l’éducation aux images, et notamment les lieux de diffusion, de médiation et d’animation, de réinventer tant leur place que leurs modalités d’action, afin de parvenir à aller à la rencontre d’un public, prioritairement jeune et adolescent, qui déploie des pratiques diverses et qui reconfigure en permanence ses usages et ses codes, en se basant sur la forme et le contenu des outils qu’il pratique au quotidien.

Face à cet état des lieux, il semble nécessaire de pouvoir proposer et mettre en avant des thématiques fortes et actuelles qui traversent nos sociétés ainsi que le quotidien et les pratiques des publics cibles.

De ce fait, il est important de défricher les territoires de pensée et d’action associés à la création sérielle, en formulant les enjeux pédagogiques spécifiques liés à l’étude et à la pratique de cette forme, afin de voir comment cet objet peut être investi comme médium d’éducation aux images, comme médium de l’éducation artistique et culturelle.

Cette expérimentation autour des séries et de leurs possibles pédagogiques et artistiques permet donc de penser ce médium comme un support de médiation et de travail afin d’accompagner les publics dans leur pratique spectatorielle (visionnage et analyse) et créative des séries(écriture et/ou réalisation), à travers le prisme de la professionnalisation.

Ainsi, quatre coordinations régionales du dispositif Passeurs d’images ont été soutenues en 2019. L’ACAP (coordination Passeurs d’images Hauts-de-France, versant sud), Arcadi (coordination Passeurs d’images Ile-de-France 1), Ciclic (coordination Passeurs d’images en Centre-Val-de-Loire) et l’UFFEJ Bretagne (coordination Passeurs d’images Bretagne) ont donc mené   des actions expérimentales et innovantes en lien avec l’éducation aux images et les séries, afin de tester différentes formules d’ateliers pédagogiques et artistiques auprès de leurs publics, tout en inventant de nouveaux modes opératoires et de nouvelles ressources, de nouveaux outils de médiation.


1- La mission de coordination Passeurs d’images pour la région Ile-de-France est portée par l’association Passeurs d’images depuis aout 2019.

En bref
Enjeux principaux

- Inciter et soutenir l’ouverture des publics cibles, à partir de leurs propres pratiques sérielles et codes culturels, à des outils et ressources pédago-ludiques qui leur permettront de mieux appréhender, comprendre et analyser les séries et les contenus audiovisuels en général ;

- Rendre possible le développement d’une conscience critique individuelle par des étapes de visionnage d’extraits de série, de modules analytiques et de temps de débat ;

- Contribuer à la cohésion, la mixité socialeet à l’échange citoyen à travers la dynamique de groupe, d’interaction et de création collaborative qui se déploie dans les actions proposées aux publics ;

- Proposer des actions et des ateliers qui s’articulent dans une logique de parcours, incluant et mettant en rapport le Voir(diffusion) et le Faire (pratique - technique) et qui permettent de comprendre les modes de fabrication et de pensée d’une série, qui se différencient de ceux du cinéma ou de la création audiovisuelle en général ;

- Mettre en place des actions bénéficiant d’un accompagnement et de l’expertise de professionnel·les de l’image et de la médiation, d’artistes, afin de faciliter l’initiation à l’univers professionnel des séries, ainsi que la rencontre entre professionnel·les et publics amateurs ;

- Mobiliser des acteur·rices d’horizons à la fois divers et complémentaires (partenaires culturels, artistiques, sociaux, partenaires du champ éducatif, du champ de la médiation, etc.) pour mailler les professionnel·les et les structures impliquées et ainsi renforcer, pérenniser les actions déployées au bénéfice des publics ;

- Imaginer de nouvelles formes de médiation, adaptées aux séries. 

Objectifs communs

Renouveler les propositions pédagogiques en lien avec l’éducation aux images et ainsi développer les publics et les porteurs de projets touchés, mobilisés par les actions Passeurs d’images ;

- Favoriser la cinéphilie et la fréquentation des équipements culturels et salles de cinéma de proximité chez les participant·es ;

- Encourager la mobilisation et l’investissement des participant·es tout au long de l’action ;

- Accroître la collaboration, l’esprit d’équipe et la dynamique de groupe chez les participant·es ;

- Distancier les participant·es et leur permettre de prendre du recul vis-à-vis de contenus audiovisuels, de séries, qu’elles·ils regardent régulièrement et qui sont partie intégrante de leur socle de références, de leur culture commune ;

- Soutenir la rencontre entre des artistes et des publics, des œuvres et des publics, et déployer connaissances et compétences chez les participant·es par le biais de cette médiation et de la pratique ;

- Faire émerger des vocations professionnelles audiovisuelles (écriture scénaristique, réalisation, médiation, animation, production, etc.) chez les participant·es aux actions.

Ressources nationales
Ressources régionales

 

CENTRE VAL DE LOIRE 

- une frise chronologique sur l'histoire des séries. 
Depuis le début des années 2000, portées par une nouvelle génération de fictions ambitieuses, aux intrigues et à la dramaturgie foisonnantes, les séries rencontrent un succès sans précédent, tant en audiences qu’en retours critiques. Chaque épisode d’une nouvelle série phare est attendu par des millions de spectateurs·rices. Les dernières saisons, à l’image de celle de Game of Thrones, deviennent parfois de véritables phénomènes culturels et commerciaux. La production actuelle, relayée par des diffuseurs tels que Netflix, couvre un spectre générique très élargi : séries comiques, fantastiques, sociales, animées ou documentaires ; et pour tous les publics. 

- Une vidéo autour du vocabulaire des séries. 
Nombreuses et variées, les séries télévisées ont donné lieu à un lexique spécialisé.
Afin de s'y retrouver, ce montage vidéo en passe en revue les différents termes.
Texte, montage et voix : Julie Garet, docteure et enseignante en études cinématographiques. Ciclic, 2016.

- une étude de cas autour de la série The Walking Dead : rebâtir une épopée.
En portant les postulats narratifs et esthétiques du film de zombie à une dimension épique, The Walking Dead réactive les puissances de l'iconographie du western.

 

HAUTS DE FRANCE

Livret pédagogique Éducation aux images et séries édité par l'ACAP: ouvrage de la collection La fabrique du regardÉducation aux images et séries réfléchit à la place que pourraient prendre les séries au sein de l’éducation aux images.

 

ÎLE DE FRANCE

La coordination Passeurs d’images francilienne, en lien avec d’autres partenaires, coordonne une recherche-action : « usages numériques, salles de cinéma, pratiques des publics adolescents, médiation : des convergences à inventer ». 

avec le soutien de

En partenariat sur l'expérimentation avec

EN PARTENARIAT SUR LA JOURNÉE DE RESTITUTION AVEC