Aller au contenu principal

Le Jour où la Terre s'arrêta de Robert Wise vu par...

Delphine Lizot, coordinatrice nationale temps scolaire à Passeurs d'images 

Passeurs d’images a mis place depuis le début du mois de février des séances de cinéma chaque mardi midi afin de permettre aux membres de l’équipe professionnelle de connaître les films des catalogues École et cinéma et Collège au cinéma. Équipée d’un vidéo-projecteur, la grande salle de réunion du 4 rue Doudeauville est ainsi réquisitionnée pour des visionnages studieux et conviviaux.

Confinement oblige, la séance du mardi 24 mars s’est déroulé à distance, au domicile de chacun·e. Le film choisi était, il nous a semblé, de circonstance : Le Jour où la Terre s’arrêtera de Robert Wise.

Pour ma part, devant gérer télétravail, suivi scolaire et repas, j’ai fait le choix de regarder le film le soir en famille.

Le Jour où la Terre s’arrêta est un film de science-fiction américain, sorti sur les écrans de cinéma en 1951. Il est réalisé par Robert Wise, cinéaste célèbre notamment pour la comédie musicale West Side Story.

Le film raconte l’histoire de l’arrivée à Washington d’un extraterrestre et de son robot géant à bord d’une soucoupe volante. Le début du film plonge le·la spectateur·rice dans une grande incertitude car nul ne connaît les intentions du visiteur : sont-elles belliqueuses ou pacifistes ? Rapidement, on comprend que Klaatu l’extraterrestre est envoyé par une fédération de planètes pour demander l’arrêt des essais nucléaires avant que la Terre ne soit détruite.

Klaatu, sur un chemin plein d’embûches, sollicitera le concours d’un petit garçon Bobby et de sa mère, et celui d’un émérite scientifique. Il devra malheureusement faire face à l’hostilité générale des humains incarnée par les assauts de l’armée.

Les spectateur·rices de ma famille ont apprécié le film. Mon fils, âgé de 11 ans, a fait des parallèles avec la crise que nous traversons : mouvements de panique, intervention des scientifiques, messages gouvernementaux à la télévision et à la radio, etc. Ces différentes thématiques ont permis de délier la parole dans un contexte anxiogène. Mon mari et ma fille ont été très intéressés par la dimension scientifique du film, des parallèles avec l’évolution de l’ingénierie automobile et aéronautique ont été pointées.

Pour ma part, j’ai beaucoup aimé revoir le film dans ce contexte particulier et j’ai été sensible au personnage féminin qui fait preuve de courage et d’une grande intelligence : la Femme serait-elle l’Avenir de l’Homme ?

Le Jour où la Terre s’arrêta intègre le catalogue École et cinéma à la rentrée prochaine. Au vu de la crise sanitaire que nous traversons et dont nous ne connaissons pas encore toute l’étendue des conséquences sur nos sociétés, je suggère fortement de montrer ce film à de jeunes spectateur·rices (à partir de 9 ans). En s’appuyant sur ses qualités de mise en scène, ce film offrira un possible «  remaniement du réel  » (formule empruntée à Boris Cyrulnik) et une prise du recul nécessaire face aux épreuves que nous traversons.

Prenez-soin de vous.