Aller au contenu principal
Dispositif École et cinéma
Dispositif Maternelle et cinéma
Dispositif Passeurs d’images

Atelier 1 : ressources pédagogiques

Produites à l’échelle territoriale ou nationale, les ressources pédagogiques qui accompagnent les dispositifs (École et cinéma, Collège au cinéma, Lycéens et apprentis au cinéma, Passeurs d’images) et les projets d’éducation aux images sont multiples. Quelles sont ces ressources, comment les inventorier et les valoriser, comment s’assurer aussi qu’elles rencontrent leur public ? Peut-on concevoir des ressources innovantes à l’ère du numérique ? Jusqu’où peut-on aller dans la dématérialisation ?
Les ressources pédagogiques conçues pour les enseignant·es et les médiateur·rices cinéma dans le cadre des dispositifs scolaires peuvent-elles intéresser les professionnel·les du hors-temps scolaire et vice-versa ? Pourrait-on mettre en partage ces ressources identifiées pour tous les temps ou si elles n’existent pas, pourrait-on les inventer ?

Modératrices
Muriel Goux (Centre images) et Marie-Lise Gaillard (Canopé).

Référente Passeurs d’images
Delphine Lizot

Les participants provenaient d’horizon professionnel divers mais tous étaient impliqués dans les dispositifs scolaires d’éducation au cinéma. Cet atelier a été l’occasion de valoriser le partenariat cinéma/Éducation nationale.

Les ressources Canopé ont été présentées ainsi que celles du Pôle Images Centre Images. 
NANOUK a fait l’objet d’une présentation détaillée le matin avec un focus sur l’étoilement, peu exploité par les enseignants selon les participants à l’atelier.

Des outils ont été consultés sur des tablettes grâce au matériel de Canopé.

3 questions ont été posées par les modératrices aux participants, et voici une synthèse 
des réponses :
 

1. Quelle ressources utilisez-vous, comment les inventorier, les valoriser ?

Il faut renforcer la communication en développant par exemple les sites académiques et en renforçant la formation des enseignants.
Plutôt qu’un inventaire, il faudrait mieux cibler les publics en essayant de répondre à leurs attentes. C’est le rôle fondamental du coordinateur, c’est aussi le rôle fondamental du formateur pour CAC dans son approche pluridisciplinaire.

À retenir
Il faut développer les plateformes de partage d’expériences et d’outils, à l’échelle régionale mais aussi à l’échelle nationale.

2. Comment s’assurer que les ressources rencontrent leur public ?

Grâce aux réunions bilans, aux formations. Tous les participants à l’atelier ont rappelé l’importance d’organiser une présentation de saison pour les enseignants, en présence du binôme de coordination. Il a été rappelé qu’il serait souhaitable que les partenaires travaillent plus ensemble, qu’il y ait plus de croisement entre les partenaires cinéma et les partenaires EN.

À retenir
Ce partenariat devra être renforcé pendant les Rencontres nationales organisées par Passeurs d’images.
Il serait intéressant aussi de créer des nouveaux PREAC dédiés aux images animées, ce type de formation permet de rassembler les deux publics (EN et ciné).

3. Comment penser les outils à l’ère du numérique ?

Comment faut-il plutôt les repenser ? Si l’on s’achemine vers une numérisation des outils, il ne faudra pas faire l’économie de repenser les contenus.
Concernant l’outil élève EEC qui va être repensé, il faut renforcer les activités pratiques et proposer un outil qui offre beaucoup de possibilités pédagogiques, libre aux enseignants de choisir ensuite une activité plus qu’une autre.
Le format papier ne semble pas indispensable pour tout le monde, il peut être contraignant (logistique) et envahissant (conscience écologique).

À retenir
À l’ère du numérique, il faut renforcer les interventions dans les classes, ne pas se couper de la pratique artistique.
Pourquoi ne pas sonder les élèves sur leurs attentes ?
NANOUK pour CAC, pourquoi pas développer un espace pédagogique dédié mais on s’aperçoit qu’il existe des films communs donc NANOUK en l’état devrait intéresser les enseignants de CAC.
Il faudrait développer les résidences d’artiste et il n’existe pas de modélisation nationale.
Il faut enfin ne pas omettre la création d’images animées grâce aux nouveaux outils numériques.