Aller au contenu principal

Plateforme collaborative d’éducation aux images

Mon jardin des souvenirs
2020-2021
Bobigny (93000), Bondy (93140)

Identités animées

Réalisation de courts métrages d’animation par des jeunes allophones, à partir de leurs récits de vies

Dispositif Passeurs d'images Île de France

  • Coordination

    • • Passeurs d'images en Île-de-France

  • Période

    Hors temps scolaire

  • Tranche d'âge

    14-18 ans

  • Participants

    12

Porteurs de projet : l’Écran nomade et le cinéma André Malraux

Artistes intervenants : Violaine Lecuyer, plasticienne et réalisatrice ; Nadège Feyrit, sound designer

Type de public : allophones

Nombre de participants : 12

Nombre de participants aux restitutions : 176

Présentation

« Identités Animées » vise à faire découvrir la diversité du cinéma d’animation par le biais de rendez-vous hebdomadaires qui s'achèvent par la réalisation d'un film d'animation en équipe. Ce projet est proposé à des jeunes allophones entre 14 et 18 ans qui souhaitent vivre une expérience singulière et s’investir dans la réalisation d’une œuvre collective, encadrés par des intervenants professionnels. Le court-métrage réalisé est une mise en récit de leurs parcours de vie et expérimente différentes techniques d’animation (papier découpé, dessin traditionnel, sable, aquarelle).

Déroulé du projet

Pour coordonner et mettre en place ce projet, les équipes des cinémas André Malraux et l'Écran Nomade ont été mutualisées, en particulier les deux responsables jeunes publics.

Afin de faire découvrir aux participants la pluralité et la particularité du cinéma d'animation, plusieurs ateliers d'initiation à l’image par image leur ont été proposés : atelier pré-cinéma, grattage sur pellicule, essai d'animation en stop-motion et papier découpé … Chaque rendez-vous se terminait par la projection d'un court métrage ou d'un extrait de film employant des techniques différentes (2D, 3D, peinture, sable, dessin traditionnel …) dans le but de comprendre les enjeux liés à celles-ci et de découvrir les nombreuses possibilités d’expressions plastiques.

Le parcours prévu leur a permis d'avoir une vision globale des différentes phases d'élaboration d'un film d'animation (écriture, story-board, décors, personnages, réalisation et son).

Le projet contenait aussi un volet de découverte des métiers de l'exploitation cinématographique (projection, communication, programmation, médiations), et les participants ont été mobilisés sur des actions en direction du jeune public. La responsable de la communication a travaillé avec eux à la création d'une affiche et avec les projectionnistes, ils ont pu s'initier à la projection en 35mm et en numérique.

La réalisation de leur court métrage a été l'occasion pour eux de découvrir un nouvel univers professionnel (vocabulaire et matériel spécifique) grâce notamment à la rencontre de Violaine Lecuyer (réalisatrice encadrante) et Nadège Feyrit (sound designer) qui ont aussi pu parler de leurs métiers.

Deux restitutions ont été organisées et présentées par les participants : une en salle de cinéma pour une séance scolaire à destination des classes UPE2A (allophones) et une autre à l’occasion d’une séance plein air au parc de la bergère à Bobigny.

Retour d'expérience

Maxime Bouillon et Roxane Hillairet, responsables Jeune Public des cinémas ; André Malraux (Bondy) et l’Écran Nomade (Bobigny)

Nous avons réellement le sentiment que le projet a eu un impact positif sur les participants. La plupart d'entre eux venait d'arriver en France et était souvent en situation d’isolement. Le projet a eu un réel effet inclusif, leur permettant d'être acceptés au sein d'un groupe et de progresser en français. Les jeunes se sont véritablement investis dans le projet et ont réussi à traduire leurs sensibilités et leurs expériences de vie dans leur film.

Plusieurs élèves ont également présenté le projet et leur film à leur oral du brevet ou du Diplôme d’études en langue française. La réalisation du court-métrage leur a également permis de conforter des poursuites d'études artistiques et de voir leur talent valorisé en France.

En ce qui nous concerne, le bonheur avec lequel nous avons travaillé avec le groupe nous a porté sur toute la période de fermeture des salles de cinéma. Cela nous a permis d'enrichir également nos compétences techniques et pédagogiques, notamment en matière de cinéma d'animation mais aussi de travail avec un public adolescent.

Film
Photos