Aller au contenu principal

Plateforme collaborative d’éducation aux images

Dispositif Collège au cinéma
Dispositif École et cinéma

L’élégance du décorateur

Le·la décorateur·rice de cinéma est un être en qui deux professionnel·les cœxistent : un·e artiste et un·e constructeur·rice. Quand l’un·e recherche et traduit en dessins une atmosphère selon les spécificités d’un scénario ; le·la second·e modère ou alimente l’imagination du premier au regard de ses possibilités techniques et ressources matérielles.

Son rôle n’est pas simplement, comme son nom l’indique, d’ornementer un espace, mais de donner aux réalisateur·rices un moyen de faire vivre ses personnages, d’immerger les spectateurrices dans la diégèse et de penser un cadre de travail où circule une équipe de tournage.

Bien qu’ils soient essentiels, le succès des décorateur·rices de cinéma - dont l’art repose sur l’illusion et se mesure à la « puissance de crédibilité » de l’image photographique - dépend traditionnellement de leur discrétion. Alors qu’ils·elles participent activement au processus de création, l’étude de leur pratique est souvent reléguée au second plan par la critique et les recherches universitaires. Ainsi, dans l’espoir de résoudre les mystères d’un corps professionnel resté dans l’ombre, Léa Chevalier vous propose de découvrir à ses côtés l’envers du décor. Quel est le rôle des décorateur·rices ? Quelle place occupent-t-ils·elles dans la réalisation des films ?

Loin d’être anecdotique, observer les décors, parce que ces derniers se situent à la genèse de la conception, apporte une assise concrète à la réflexion esthétique et offre de nouvelles clés de lecture des films. C’est pourquoi, nous retracerons ensemble l’histoire des décorateur·ricess à partir de certaines images du catalogue d’École et cinéma puis Collège au cinéma. Nous décrirons parallèlement les principales étapes de fabrication d’un décor à l’aune des documents d’archives préservés à la Cinémathèque française.

Enfin, afin d’illustrer nos questionnements, nous regarderons plus spécifiquement l’œuvre chamarrée de Bernard Evein, décorateur-peintre, fidèle collaborateur de Jacques Demy.

Replay
Intervenant.es
Léa Chevalier

Membre du laboratoire LASLAR (Lettres, Arts du Spectacle et Langues Romanes) à Caen, chercheuse invitée puis associée à la Cinémathèque française, Léa Chevalier travaille sur la carrière de Bernard Evein. Au regard de l’œuvre de ce décorateur-peintre, elle tente d’appréhender l’effet des mutations techniques et économiques sur l’histoire stylistique du cinéma à l’endroit du décor de films. Elle codirige avec Pierre Causse et Valérie Vignaux, le prochain numéro Double Jeu, «Concevoir le décor de cinéma et de théâtre » dans lequel paraîtra en décembre 2021, son article « L’enseignement du métier de décorateur de cinéma à l’IDHEC en France (1943-1966) ».