Aller au contenu principal

Plateforme collaborative d’éducation aux images

Bilans du déploiement national du kit

Le kit contre les LGBTphobies

Action d’abord initiée en 2018 sur le Grand Est par La Pellicule Ensorcelée/TCB et le Blackmaria (Pôle régional) avec le soutien de la DILCRAH, l'Association Passeurs d'Images initia un projet de déploiement du kit au niveau national en 2020-2021 pour l'ensemble des partenaires de nos actions.

Introduction

Cette action avait d'abord été initiée en 2018 sur le Grand Est par La Pellicule Ensorcelée/TCB et le Blackmara (Pôle régional du dispositif Passeurs d'Images)) À sa création, le projet a reçu le soutien de la DILCRAH (Délégation Interministérielle à la Lutte contre Le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT), permettant à La Pellicule Ensorcelée l’acquisition des droits de diffusion du kit.

Pour étendre cette diffusion, l’association Passeurs d’images a bénéficié du soutien du Centre du cinéma et de l’image animée (CNC) et de l’ANCT (Agence nationale de la cohésion des territoires) pour un déploiement du kit au niveau national en 2020-2021 à destination de l'ensemble des partenaires de nos actions (Lycées, structure d'éducation populaire, association LGBT partenaires).

En complément du kit des dossiers sur les films sont en libre accès sur le site de La pellicule ensorcelée avec :

• Une fiche pédagogique avec deux entrées : le fond (question sociétale, notions à aborder en cours…) et la forme (langage des images, histoire des arts)

• Un dossier artistique sur la fabrication de chaque film (note d’intention du réalisateur·rice, scénario, photos…)

Le livret

Je, Tu, Il, Elle, Nous aimons, Kit cinéma contre les LGBTphobies est constitué d’un livret pour chacun·e et d’une clé USB permettant de regarder dans votre établissement les 10 films du kit en étant accompagné·e.

Ce livret propose une fiche sur chacun des 10 films. Il répertorie également par région, les associations engagées contre les LGBTphobies pouvant intervenir auprès des adolescent·es dans les établissements scolaires ou socio-culturels.

Première journée de formation

La journée de formation autour du kit contre les LGBTphobies Je, Tu, Il, Elle, Nous aimons a eu lieu le mercredi 24 mars de 14h à 18h en distanciel.

Elle a débuté par par des mots de bienvenue par Patrick Facchinetti, Délégué général de l’association Passeurs d’images

S'en est suivis un série d'échanges en plénière autour de la Génèse du projet et des enjeux d'un projet national :

  • Présentation du projet initial en Champagne Ardenne (choix du catalogue et des ressources produites) par Jérôme Descamps, réalisateur, fondateur de La Pellicule ensorcelée et co-fondateur du Blackmaria, Pôle régional d’éducation aux images de Champagne-Ardenne et par par Isabelle Mathieu, Rectorat de Reims
  • Présentation des enjeux du projet national par Santiaga Hidalgo, coordinatrice nationale des actions hors-temps scolaire et par Olivier Demay, chargé d’éducation aux images de l’association Passeurs d’images
  • Lutter contre les LGBTQI+phobies : enjeux, difficultés, opportunités par Alix Écran et Constant Jeanson Intervenant·es du MAG Jeunes LGBT

Puis, pendant deux heures, cinq ateliers ont été réalisés à partir du Kit : 

  • Atelier 1 - Gay Pride, Un Coming out et J’aime les filles, coups de coeur d’Olivier Demay
  • Atelier 2 - The LGBTQAlphabet, coup de coeur de Santiaga Hidalgo 
  • Atelier 3 - I Love hooligans, coup de coeur de Jérôme Descamps 
  • Atelier 4 - Ce n’est pas un film de cowboys, coup de coeur de Laurent Bocahut 
  • Atelier 5 - Footing, coup de coeur de Clémence Zamora-Cruz

La journée s'est achevée par un moment d'échanges et de retours sur les différents ateliers. En Bonus, le film COMINNG OUT de Denis Parrot (doc / Distr : KMBO Films) à été offerts par Passeurs d'images aux participants.

Deuxième journée de formation avec le festival Chéries-Chéris

Seconde étape de son déploiement national : une après-midi professionnelle organisée par Passeurs d’images et le Blackmaria - Pôle régional d’éducation aux images Champagne-Ardenne mardi 29 juin, dans le cadre du 26ème festival « Chéries-Chéris – festival LGBTQIA+ » de Paris. Faisant suite à la formation en ligne du 24 mars (125 participants), l’après-midi pour une vingtaine de nouveaux inscrits a débuté par la projection sur grand écran de 5 des 10 films de la sélection, une séance exceptionnelle rassemblant éducateur·rices, enseignant·es, programmateur·rices, médiateur·rices et festivaliers, en présence d’une classe de 4e (Collège Condorcet, Paris) et de lycéens de Créteil (Lycée Léon Blum) et de Paris (Colbert et Voltaire).

Bel échange pour clore la séance, avec la présence de Florent Gouëlou, réalisateur du dernier film présenté Un homme, mon fils, son film de fin d’études dans lequel il se met en scène : tour à tour Drag Queen et jeune adulte prêt à pardonner à son père, un film de retrouvailles où chacun joue son propre rôle, à la découverte de qui ces 2 hommes sont - l’un, l’autre, et l’un pour l’autre. Faut-il pardonner la dureté d’un père face à l’affirmation de son identité sexuelle ? Le débat, passionnant et sans faux-semblant à l’image du film, revisitait l’ensemble des questions qui traversent le programme. Il a plu à la classe de 4e présente, la séance marquant la fin d’un parcours suivi autour des questions LGBTQI+ qui avait passionné les élèves toute l’année.

Adultes et lycéens présents se sont ensuite retrouvés à la Guinguette numérique l’EP7, pour continuer l’échange. Ce fut alors au groupe des 1ères cinéma du lycée Léon Blum de Créteil de présenter leur réalisation : un « reportage de solution », film lauréat du premier concours « respect ! » lancé par l’académie de Créteil et le CLEMI. Là aussi : « se présenter à l’image, affirmer que l’on est LGBTQI+ ? – On a pas peur ! » Une génération s’affirme, par les actes, par l’image, par son image. S’envolent alors toutes les appréhensions des médiateur·rices à aborder frontalement ces questions, à hésiter sur ce que les jeunes peuvent voir à l’écran. Et ne plus craindre ce que les ados peuvent faire et se dire, entre eux·elles une fois bien outillé·es, même sans nous : ainsi 4 lycéennes des AGIS (Alliance Genres Identités Sexualités – initiative l’Observatoire de prévention et de lutte contre les discriminations anti-LGBT+ du rectorat de Paris) nous ont présenté les groupes de paroles lancés dans leurs établissements respectifs, ouverts à tous les élèves hors présence des adultes, ainsi que leurs initiatives dans les lycées à l’occasion par exemple du 17 mai (la journée internationale contre l’homophobie et la transphobie). Le kit devrait y trouver toute sa place et ce rendez-vous impromptu leur permettre de se rencontrer et favoriser les prises de contact.

De cet aller-retour, nous repartons pour notre part avec leurs demandes précises :

  • Continuer notre initiative de mise en réseau sur “LGBT et cinéma”, notre partenariat avec Laurent Boccahut et le festival Chéries-Chéris
  • Mais aussi : que l’on agisse dès le collège, l’âge où les LGBTphobies sont déjà là et les jeunes ados bien seuls face aux phénomènes de groupes – que l’on aborde plus frontalement la question de la transidentité, présente dès l’enfance - que l’on porte enfin une attention particulière à la question de l’intersectionnalité (les personnes LGBTQI+ et racisées) : des artistes s’y engagent, ici ou là de par le monde mais leurs oeuvres restent trop souvent invisibles au plus grand nombre…

Merci aux lycéen.es qui ont si bien représenté leurs camarades lors de nos échanges : Typhanie et Emma de l’AGIS Colbert, Haitham et Lia de l'AGIS Voltaire, Ilona, Erwan, Sian et Enzo du Lycée Léon Blum.

Afterwork LGBTQI+ et éducation aux images
Déploiement national du kit
  • Droits des films négociés pour la France entière, et prolongés jusqu'à 2024
  • Livret pour les jeunes réactualisé : Glossaire, répertoire par région des structures LGBT de proximité
  • Tirage du kit à 150 exemplaires (150 clés + 4500 livrets) pour diffusion aux structures
  • Proposer une formation afin d'accompagner les structures demandeuses d'acquérir le Kit (1 personne s'inscrit à la formation, par structure)
Objectifs pour Passeurs d'Images :
  1. Rendre accessible plus largement l'outils
    - Sur l'ensemble du territoire
    - En temps scolaire aussi bien que pour les jeunes "hors-temps scolaire"
    - Et au regard du corpus, ouvrir aux 13-15 ans : certains films étant accessibles dès le Collège (cycle 4 - les 13-15 ans)
  2. Questionner ses usages, sa mise en situation auprès des publics jeunes
Déploiement territorial du kit

Se sont 120 structures touchées danns 40 départements de métropole et 2 départements ultramarins (Martinique & Guyane) dont :

  • 15 coordinations Passeurs d’images
  • 6 coordinations Collège au cinéma
  • 4 coordo Lycéens apprentis au cinéma
  • 4 pôles régionaux
  • 12 cinés/associations de salles
  • 5 festivals ou lieux culturels
  • 9 médiateu.rices-intervenant.es cinéma
  • 9 structures Justice
  • 15 centres sociaux, socio-culturels, MJC espaces jeunes, missions locales
  • 7 fédérations oeuvres laïques & Ligue
  • 4 DSDEN / Rectorats
  • 12 Collèges
  • 9 Lycées +3 Pro +2 agricoles
  • 3 Universités / 1 bibliothèque
  • 4 invités institutions & partenaires

 

 

CONTACTS UTILES
Olivier Demay Olivier Demay Chargé d'éducation aux images - Référent Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Occitanie et Pays de la Loire olivier@archipel-lucioles.fr 09 72 21 77 19
Hélène Philippi Hélène Philippi Chargée de partenariats et mécénat helene@archipel-lucioles.fr 09 72 21 77 23



Nos Partenaires

proposé par

Développé par

Dirigé par

en partenariat avec