Aller au contenu principal

L'Agence du court métrage

L’Agence du court métrage est née en 1983, de la volonté de nombreux professionnel·les (réalisateur·rices, producteur·rices, exploitant·es, festivals) de promouvoir et de développer la diffusion du court métrage, sur tous les écrans et pour tous les publics

Léa Leboucq et Cécile Horreau

Vous êtes partenaire de la manifestation Des cinés, la vie ! depuis sa création en 2006. Comment ce partenariat s’est-il mis en place et quel est votre rôle ? 

L’Agence du court métrage est partenaire de la manifestation Des Cinés, La vie ! depuis la 2ème édition. Pour la première édition, les films étaient issus du catalogue du CNC « images de la culture ». Il a été constaté qu’il n’y avait pas assez de propositions de courts métrages et L’Agence du court métrage a donc intégré le dispositif à ce moment-là. Dès le début du partenariat, L’Agence du court métrage a eu pour missions la pré-sélection des films, l’accueil du comité et la négociation des droits des films sélectionnés.

En quoi, selon vous, cette action d’éducation au cinéma et aux courts métrages est-elle importante pour les jeunes de la PJJ ? 

 La manifestation Des Cinés, La vie ! permet aux jeunes de la PJJ de découvrir un format singulier, celui du court métrage, grâce à une sélection éclectique et de qualité. Cette action permet, outre l’ouverture culturelle, d’offrir un moment privilégié pour voir des films collectivement et prendre le temps d’échanger, d’exprimer ses émotions et son point de vue.

Comment s’opère la sélection des 12 courts métrages que visionnent les jeunes chaque année ?  

 L’Agence du court métrage accueille le comité de sélection au sein de ses locaux pour deux journées de travail collectif. Une journée et demie est dédiée au visionnage en salle de cinéma et une demie journée est dédiée aux échanges et à la délibération. Au début du partenariat, L’Agence du court métrage proposait une pré-sélection d’une trentaine de titres, de genres et d’époques variées, réunis autour d’une thématique. Depuis 2018, la thématique est moins centrale dans le choix des films et l’accent est davantage mis sur les œuvres contemporaines qui ont marqué l’année. Le présence d’un ou plusieurs films de patrimoine est en revanche toujours appréciée par le comité, pour donner un équilibre et une variété à la sélection finale.

Les choix des jeunes sont parfois imprévisibles et à rebours de ce qui a pu être imaginé lors de la sélection : avez-vous des souvenirs de films particulièrement appréciés par les jeunes ? Y a-t-il des thématiques plus plébiscitées que d’autres ?  

Nous n’avons pas d’échos sur la réception de chaque film de la sélection mais concernant les films primés, il est à noter que les films représentant la jeunesse sont souvent plébiscités. Les films récompensés en 2018 et 2019 avaient notamment en commun la représentation d’un jeune homme ayant comme moyen d’expression la musique, et plus particulièrement le rap.