Accueil > DCLV

Retour à : Plein air Retour à : Séances Spéciales Retour à : DCLV

Rechercher

DCLV : Belle gueule

Emma Benestan
00:25:00
Court métrage
fiction
comédie dramatique
C’est l’été, le sud. Tous les jours, Sarah, seize ans, vend des beignets sur les plages avec son père. Un soir, elle fait la rencontre de Baptiste...
Oulaya Amamra, Samir Guesmi, Ilian Bergala
Scénario : Emma Benestan / Image : Adrien Lecouturier / Son : Régis Boussin / Décors : Benjamin Roth / Musique : Julie Roué / Montage : Julie Borvon
10:15 Productions
France
2014
DCLV
2017
VF
Ce film de fin d’études réalisé par Emma Benestan au sortir de la FEMIS oscille entre le teen movie, la comédie sentimentale, le conte et le film social. Tourné à la Grande-Motte et à Palavas, il met en scène une rencontre amoureuse, celle de Sarah, autochtone un brin bravache, et de Baptiste, parisien en vacances, plutôt « bourge » et séduisant. Exposant cette situation classique d’un contexte de vie qui se heurte à un autre, Belle gueule suit les déambulations (physiques, sentimentales) de cette jeune fille qui aimerait vivre autrement, autre chose, loin des contraintes (le travail surtout, le territoire où elle vit, le quotidien avec son père), avec une volonté d’affirmation de sa personnalité, de ses envies. Elle n’est pas vraiment une rebelle, ses réactions varient entre impulsion et douceur, ce qui fait d’elle un personnage plein de contrastes. Mais dans ce film, ce qui est vraiment contrasté, c’est ce qui se dessine entre la réalité qu’elle connaît et ce qu’elle (se) raconte. Signe d’un mal être adolescent, ce désir d’être quelqu’un d’autre se mêle au désir qu’elle a de l’autre. Sa gestuelle et son phrasé rendent Sarah à la fois vulnérable, en présence de son père et de Baptiste, et redoutable, en compagnie des ses amis du quartier. Cette histoire amoureuse est aussi comme un conte de fée. La déformation du réel (s’accordant en quelque sorte aux impulsions de Sarah) sous différentes formes plastiques affirme bien l’aspect fantasmatique de cette relation : la première rencontre des deux protagonistes déformés dans les miroirs d’un palais des glaces, la lumière artificielle, inventée de la fête foraine et aussi de la soirée chez le cousin, le contre jour du trajet en scooter… Mais cette idéalisation du réel s’appuie aussi sur un déni, sur le mensonge. Cette installation du mensonge se déploie selon un procédé des contraires, une association par contraste où une idée appelle son contraire. Le mensonge prône dans le monde idéalisé de Sarah, face à ce garçon qui l’attire, mais en même temps, elle ne se laisse pas totalement inonder par ce rapport au réel faussé par son attirance pour lui, sa nature réactive prend souvent le dessus. Son Prince charmant, attentif, à l’écoute, ressent bien cette tendance à la métamorphose dont il est malgré lui l’initiateur. L’univers quotidien où vit l’héroïne possède son propre rapport à la lumière, par contraste : des extérieurs lumineux à la plage (lieu du travail, des amis), des espaces en demi-teinte dans l’appartement (à considérer comme un refuge) ne participent pas à l’artifice des moments partagés avec Baptiste. La cinéaste utilise les artifices de la lumière qui change selon les espaces pour faire ressentir le décalage entre vie quotidienne et séquences de rencontres amoureuses. En fait, ces lumières artificielles permettent de se dissimuler, d’ajouter du mystère, du doute, de l’attente face aux sentiments. - Sébastien Ronceray
Palmarès || 2014 : Angers « Festival Premiers Plans » Prix d’interprétation féminine pour Oulaya Amamra / Paris « Festival Court Devant » Prix d’interprétation féminine / Moulins « Festival Jean Carmet » Prix du Jury, Meilleur jeune espoir féminin pour Oulaya Amamra, Prix du public / Paris et Seine-Saint-Denis « Festival Cinébanlieue » Prix d’interprétation féminine / Aix-en-Provence « Festival Tous Courts » Mention spéciale pour Oulaya Amamra - Sélections || 2016 : Aspen « Short Fest Film Festival » / Paris-La Bellevilloise « Wonder Women, Le Féministival ! » / Cracovie « International Film Festival for Children and Youth Kinolub »
Films passerelles : Tombés du nid ; 13 ans ; Gagarine

titre  réalisateur(s)  genre  pays  durée 
voir 13 ans Rudi Rosenberg comédie France 00:10:00
voir 13 figures de Sarah Beauchesne au 71, rue Blanche Véronique Aubouy, Christophe Boutin France 00:04:00
voir 200 000 fantômes (Nijuman no borei) Jean-Gabriel Périot France 00:10:00
voir A tes amours Olivier Peyon France 00:06:00
voir Aglaée Rudi Rosenberg France 00:20:00
voir Aïssa Clément Tréhin-Lalanne drame France 00:08:00
voir Allan Frédéric Azar France 00:08:00
voir American football Morgan Simon comédie France 00:25:00
voir Amsterdam Philippe Etienne France 00:20:00
voir Au bout du monde Konstantin Bronzit France 00:07:27
voir Babel Hendrick Dusollier France 00:16:00
voir Barres Luc Moullet France 00:15:00
voir Be quiet Sameh Zoabi France 00:20:00
voir Beauduc Laurent Teyssier comédie dramatique France 00:13:20
voir Belle gueule Emma Benestan comédie dramatique France 00:25:00
voir Blind spot Johanna Bessiere, Nicolas Chauvelot, Olivier Clert, Cécile Dubois Herry, Yvon Jardel, Simon Rouby comédie dramatique France 00:04:00
voir Bonne nuit Valéry Rosier France 00:18:00
voir Bonne nuit Malik Bruno Danan France 00:15:00
voir C’était pas la guerre Alexandrine Brisson France 00:27:00
voir Carlitopolis Luis Nieto France 00:03:00
voir Ce n’est pas un film de cow-boys Benjamin Parent France 00:12:00
voir Chamonix Valérie Mrejen France 00:12:00
voir Chaque jour et demain Fabrice Main France 00:13:00
voir Charles Péguy au lavomatic Chantal Richard France 00:15:00
voir Chat Philippe Lasry comédie dramatique France 00:15:00
voir Chère grand-mère Patrice Dubosc France 00:18:00
voir Cheveu Julien Hallard France 00:18:00
voir Clean time (Le soleil en plein hiver) Didier Nion France 00:26:00
voir Coagulate Mihai Grecu France 00:06:00
voir Cousines Lyes Salem France 00:31:00
voir Cyclope de la mer (Le) Philippe Jullien France 00:13:00
voir Dimanche soir Solange Martin France 00:05:00
voir Do you have the shine ? Johan Thurfjeil Suède 00:05:00
voir Dounouia (La vie) Olivier Broudeur, Anthony Quéré France 00:20:00
voir Droit chemin (Le) Mathias Gokalp France 00:12:00
voir Du soleil en hiver Samuel Collardey France 00:17:00
voir Edmond était un âne Franck Dion comédie dramatique 00:15:00
voir Émilie Muller Yvon Marciano France 00:20:00
voir En rachâchant Danièle Huillet, Jean-Marie Straub France 00:07:00
voir Ennemis intérieurs Sélim Azzazi drame France 00:28:00

| 1 | 2 | 3 | 4 |

classement partitre  réalisateurs durée