Accueil > DCLV

Retour à : Plein air Retour à : Séances Spéciales Retour à : DCLV

Rechercher

DCLV : Do you have the shine ?

Johan Thurfjeil
00:05:00
Court métrage
animation
Tous publics
Que vous soyez rapide, intelligent ou expert en jeux vidéo n’y changera rien. La seule chose qui compte c’est : " Est-ce que vous possédez le Shine ?"
Scénario : Johan Thurfjeil Image : Johan Thurfjeil Montage : Johan Thurfjeil Son : Johan Thurfjeil Musique : Johan Thurfjeil
Autour de minuit productions
Suède
2002
DCLV
2013
VF
[Voir le site du réalisateur ->http://www.johanthurfjell.com] [Voir le film (Youtube)->https://www.youtube.com/watch?v=WW9Ejiif5NA]
Quand on apprend que Do you have the shine ? se présente comme un hommage à Shining, on a déjà très peur. Pourtant rassurons-nous (pour un temps) et évitons les mauvais procès. Plutôt que de se laisser aveugler par le souvenir du film invoqué, il faut prendre ce court métrage comme une expérience tenant tout autant de l’installation que du film interactif ou du jeu vidéo. S’il en reprend le décor (les infinis couloirs de l’hôtel Overlook), il s’appuie avant tout sur une séquence bien connue pour s’interroger sur les mécanismes de la peur au cinéma. « Now, you are Danny » (1). Dès le début, un texte s’affichant sur fond noir pose les règles de la partie : le spectateur explorera les couloirs, finira par rencontrer les jumelles, sa seule façon de s’en sortir étant de fermer les yeux au bon moment, tout comme Danny, qui, pour chasser la vision maléfique, portait les mains devant ses yeux dans le film de Stanley Kubrick. Première différence formelle notable, nous ne verrons pas le garçon, le réalisateur privilégiant ici un point de vue subjectif. Vingt ans ont passé et si Shining date de l’époque des premiers jeux vidéo, Do you have…, contemporain d’une vraie culture vidéo-ludique, intègre de nouvelles conventions – le protagoniste, s’il choisit cette option, peut n’être qu’un regard – à l’environnement autrefois filmé par Kubrick. Ainsi, le long travelling dans les couloirs rappelle les plages d’exploration des jeux d’aventures, ces moments où le joueur visite un décor sans que rien de particulier n’arrive. On fera d’autant plus facilement ce parallèle, que des jeux horrifiques comme Resident Evil ou Silent Hill 2 sont bien plus terrifiants que la plupart des films fantastiques contemporains que l’on sait gagnés par l’ironie. L’utilisation de la synthèse, déréalisant la scène de Shining, en rajoute et fait du film de Johan Thurfjell une sorte de variation hybride autour d’images que l’on connaît par cœur mais qui ne sont plus vraiment les mêmes… C’est là que Do you have… étonne, dans sa manière de jouer avec notre connaissance d’un classique et avec notre crainte de devoir à nouveau subir l’effroyable apparition des jumelles. Ici, rien ne fait peur à proprement parler (pas de monstre, pas de sang), c’est plus la durée anormalement longue de la séquence qui finit par produire une peur panique,c’est le son amplifié au moindre changement d’axe et l’appréhension de ce que dissimule chaque intersection qui génère la tension. Plus encore, la peur vient de ce que le film paraît bel et bien hanté par le souvenir de Shining, par le souvenir d’une scène que l’on préférerait ne pas revoir et que l’on nous a pourtant promis dès le générique. En cela, le malaise gagnant le spectateur est bien plus lié à la peur d’avoir peur qu’à l’apparition que l’on sait inévitable des jumelles. Ici, celles-ci ne sont qu’un concept : leur histoire n’importe plus vraiment, elles ne parleront pas. Et puisque tout repose sur cette simple apparition, elle sera retardée au maximum, l’attente, liée à notre connaissance de ce qui va faire irruption dans le champ (c’est la grande différence de statut entre Danny le personnage et le spectateur/joueur de Do you have…), devenant dès lors littéralement insupportable. C’est bien la réussite du film : en quelques minutes seulement, et sans ployer sous le poids du chef-d’œuvre cité, il parvient à la fois à faire peur et à interroger de la manière la plus pertinente notre regard de spectateur… - (1) « Maintenant, vous êtes Danny » - Stéphane Kahn (critique parue dans Bref, n°58) - Bartlomiej Woznica
2005 : Paris « Festival Silhouette » 2004 : Édimbourg « Festival International du film d’horreur » Göteborg « Festival International du film » Grimstad « Festival Norvégien du film court » Montréal « Festival du Film Fantasia » Oslo « Festival International du film » 2003 : Paris « Festival Paris tout Court » Cannes « Festival International du film – Quinzaine des réalisateurs» Hambourg « Festival International du film court » Sarajevo « Festival du Film » Belo Horizonte « Festival International du film court » Vendôme « Festival du Film »
Films passerelles : La meilleure façon de tracer ; Leave not a cloud behind

titre  réalisateur(s)  genre  pays  durée 
voir 13 ans Rudi Rosenberg comédie France 00:10:00
voir 13 figures de Sarah Beauchesne au 71, rue Blanche Véronique Aubouy, Christophe Boutin France 00:04:00
voir 200 000 fantômes (Nijuman no borei) Jean-Gabriel Périot France 00:10:00
voir A tes amours Olivier Peyon France 00:06:00
voir Aglaée Rudi Rosenberg France 00:20:00
voir Aïssa Clément Tréhin-Lalanne drame France 00:08:00
voir Allan Frédéric Azar France 00:08:00
voir American football Morgan Simon comédie France 00:25:00
voir Amsterdam Philippe Etienne France 00:20:00
voir Au bout du monde Konstantin Bronzit France 00:07:27
voir Babel Hendrick Dusollier France 00:16:00
voir Barres Luc Moullet France 00:15:00
voir Be quiet Sameh Zoabi France 00:20:00
voir Beauduc Laurent Teyssier comédie dramatique France 00:13:20
voir Belle gueule Emma Benestan comédie dramatique France 00:25:00
voir Blind spot Johanna Bessiere, Nicolas Chauvelot, Olivier Clert, Cécile Dubois Herry, Yvon Jardel, Simon Rouby comédie dramatique France 00:04:00
voir Bonne nuit Valéry Rosier France 00:18:00
voir Bonne nuit Malik Bruno Danan France 00:15:00
voir C’était pas la guerre Alexandrine Brisson France 00:27:00
voir Carlitopolis Luis Nieto France 00:03:00
voir Ce n’est pas un film de cow-boys Benjamin Parent France 00:12:00
voir Chamonix Valérie Mrejen France 00:12:00
voir Chaque jour et demain Fabrice Main France 00:13:00
voir Charles Péguy au lavomatic Chantal Richard France 00:15:00
voir Chat Philippe Lasry comédie dramatique France 00:15:00
voir Chère grand-mère Patrice Dubosc France 00:18:00
voir Cheveu Julien Hallard France 00:18:00
voir Clean time (Le soleil en plein hiver) Didier Nion France 00:26:00
voir Coagulate Mihai Grecu France 00:06:00
voir Cousines Lyes Salem France 00:31:00
voir Cyclope de la mer (Le) Philippe Jullien France 00:13:00
voir Dimanche soir Solange Martin France 00:05:00
voir Do you have the shine ? Johan Thurfjeil Suède 00:05:00
voir Dounouia (La vie) Olivier Broudeur, Anthony Quéré France 00:20:00
voir Droit chemin (Le) Mathias Gokalp France 00:12:00
voir Du soleil en hiver Samuel Collardey France 00:17:00
voir Edmond était un âne Franck Dion comédie dramatique 00:15:00
voir Émilie Muller Yvon Marciano France 00:20:00
voir En rachâchant Danièle Huillet, Jean-Marie Straub France 00:07:00
voir Ennemis intérieurs Sélim Azzazi drame France 00:28:00

| 1 | 2 | 3 | 4 |

classement partitre  réalisateurs durée