Accueil > DCLV

Retour à : Plein air Retour à : Séances Spéciales Retour à : DCLV

Rechercher

Séances Spéciales & DCLV : C’était pas la guerre

Alexandrine Brisson
00:27:00
Court métrage
fiction
Tous publics
Marie, une fillette de six ans, observe sans comprendre les évènements qui précèdent l'indépendance en Algérie. Le silence des adultes est une violence de plus pour elle.
Slimane Benaïssa, Jacques Bonnaffé, Catherine Epars, Souad Kherifi, Nina Robin, Martine Schambacher
Scénario : Alexandrine Brisson Image : Alexis Kavyrchine Montage : Sébastien Descoins Décors : Camille Falque Son : Laurent Benaïm Musique : Fabrice Barré, Alexandrine Brisson
Château-Rouge Production
France
2003
Séances Spéciales,DCLV
2011
VF
[Filmographie de la réalisatrice (Unifrance)->http://www.unifrance.org/annuaires/personne/324006/alexandrine-brisson] [A propos du film (Arte) ->http://www.arte.tv/fr/Emission-du-lundi-26-mai-2003/342862,CmC=342870.html]
C’est en 1999 que la France reconnut avoir effectivement mené une guerre sur le territoire algérien entre 1954 et 1962. Auparavant, la dénomination officielle de cet épisode historique douloureux avait longtemps été « les évènements d’Algérie », euphémisme qui oblitérait hypocritement la violence des affrontements ainsi que la gravité de l’enjeu politique qui s’y jouait. C’était pas la guerre travaille cette idée d’un point aveugle historique en faisant porter la mise en scène du film par le regard lacunaire et fragmenté d’une petite fille, Marie, assistant à des situations dont elle ignore tout des tenants et des aboutissants. L’ouverture du film en est à cet égard exemplaire : le sens du titre vient s’incarner dans l’image en gros plan d’un fusil braqué sur une fillette à laquelle est associée, en off, la voix d’un soldat minimisant à l’extrême (« c’était pour rire ») la violence du face à face avec l’arme. Totalement silencieuse, Marie est tout regard, motif souligné par la récurrence des miroirs, reflets et sur cadrages désignant l’acte de voir. Souvent placée derrière une vitre, une grille ou un entrebâillement de porte, elle est toujours à distance. Mais si le personnage n’appartient pas au monde des adultes du fait de son incompréhension des enjeux réels en présence, il semble tout aussi extérieur à celui des enfants côtoyés, ne partageant ni leur insouciance ni leur certitude d’être chez eux en Algérie (voir à ce propos le flou entretenu dans la première séquence en classe quant à l’endroit où se déroule l’action du film). Le lien noué par la jeune fille avec l’Algérie est plus profond, moins possessif que filial. C’est pourquoi le film met en regard deux figures maternelles : la mère biologique de Marie, relativement absente, et la nourrice de l’enfant à qui est dédié le film et qui est indissociable du voile immaculé qui la dérobe aux regards. Le motif du voile vient par elle se rehausser d’un autre faisceau de significations, puisque d’entrave qu’il était, il devient l’incarnation d’un cocon doux et rassurant. Le remplacement de la nourrice, accusée de trafic d’armes, par une jeune femme « moderne » ne portant pas le voile, est à ce propos vécu comme une violence supplémentaire pour l’enfant, comme le donne à penser ce gros plan agressif de la mâchoire de la jeune nourrice, toutes dents découvertes. La fragmentation du découpage, l’usage intensif du gros plan et du masque n’est alors plus le simple souci de traduire le regard d’une enfant dépassée mais bien la trace d’un certain rapport au réel. Et si une large partie de la représentation ordinaire du cinéma consiste en une tentative naïve de restituer à l’évènement la complétude de son image, niant du fait le décalage entre le vu et le compris, l’esthétique morcelée et allusive de C’était pas la guerre signe l’assujettissement du spectateur à un manque dont il doit faire l’épreuve autant que l’héritage d’une émotion partagée malgré (grâce à) l’écran du voile. - Bartlomiej Woznica
2005 : Rouen « Festival Regards d’Afrique » : Prix du meilleur film 2004 : Paris « Césars du court-métrage » : en sélection Tours « 9e nuit blanche » : Prix du Jury Tarragone « Festival Incurt » : Prix du meilleur scénario 2003 : Clermont-Ferrand « 25e Festival du court-métrage » : Prix de la jeunesse Lunel « Semaines du cinéma méditerranéen » : Prix du Jury et Prix du Public Stains « Festival jeune public » : Prix du Jeune public et Prix du Jury Grenoble « Festival de court-métrage en plein air » : Prix de la 1ère Œuvre et Prix de la Jeunesse Aigues Mortes « Festival Écran libre » : Prix SACEM et Prix du public Argelès sur mer « Festival Maghreb si loin si prés » : Prix du public
Films passerelles : Dimanche soir ; Sarah ; Résistance aux tremblements ; Eut-elle été criminelle… ; Madagascar, carnet de voyage ; Chère grand-mère

titre  réalisateur(s)  genre  pays  durée 
voir 13 ans Rudi Rosenberg comédie France 00:10:00
voir 13 figures de Sarah Beauchesne au 71, rue Blanche Véronique Aubouy, Christophe Boutin France 00:04:00
voir 200 000 fantômes (Nijuman no borei) Jean-Gabriel Périot France 00:10:00
voir A tes amours Olivier Peyon France 00:06:00
voir Aglaée Rudi Rosenberg France 00:20:00
voir Aïssa Clément Tréhin-Lalanne drame France 00:08:00
voir Allan Frédéric Azar France 00:08:00
voir American football Morgan Simon comédie France 00:25:00
voir Amsterdam Philippe Etienne France 00:20:00
voir Au bout du monde Konstantin Bronzit France 00:07:27
voir Babel Hendrick Dusollier France 00:16:00
voir Barres Luc Moullet France 00:15:00
voir Be quiet Sameh Zoabi France 00:20:00
voir Beauduc Laurent Teyssier comédie dramatique France 00:13:20
voir Belle gueule Emma Benestan comédie dramatique France 00:25:00
voir Blind spot Johanna Bessiere, Nicolas Chauvelot, Olivier Clert, Cécile Dubois Herry, Yvon Jardel, Simon Rouby comédie dramatique France 00:04:00
voir Bonne nuit Valéry Rosier France 00:18:00
voir Bonne nuit Malik Bruno Danan France 00:15:00
voir C’était pas la guerre Alexandrine Brisson France 00:27:00
voir Carlitopolis Luis Nieto France 00:03:00
voir Ce n’est pas un film de cow-boys Benjamin Parent France 00:12:00
voir Chamonix Valérie Mrejen France 00:12:00
voir Chaque jour et demain Fabrice Main France 00:13:00
voir Charles Péguy au lavomatic Chantal Richard France 00:15:00
voir Chat Philippe Lasry comédie dramatique France 00:15:00
voir Chère grand-mère Patrice Dubosc France 00:18:00
voir Cheveu Julien Hallard France 00:18:00
voir Clean time (Le soleil en plein hiver) Didier Nion France 00:26:00
voir Coagulate Mihai Grecu France 00:06:00
voir Cousines Lyes Salem France 00:31:00
voir Cyclope de la mer (Le) Philippe Jullien France 00:13:00
voir Dimanche soir Solange Martin France 00:05:00
voir Do you have the shine ? Johan Thurfjeil Suède 00:05:00
voir Dounouia (La vie) Olivier Broudeur, Anthony Quéré France 00:20:00
voir Droit chemin (Le) Mathias Gokalp France 00:12:00
voir Du soleil en hiver Samuel Collardey France 00:17:00
voir Edmond était un âne Franck Dion comédie dramatique 00:15:00
voir Émilie Muller Yvon Marciano France 00:20:00
voir En rachâchant Danièle Huillet, Jean-Marie Straub France 00:07:00
voir Ennemis intérieurs Sélim Azzazi drame France 00:28:00

| 1 | 2 | 3 | 4 |

classement partitre  réalisateurs durée