Accueil > DCLV

Retour à : Plein air Retour à : Séances Spéciales Retour à : DCLV

Rechercher

DCLV : 200 000 fantômes (Nijuman no borei)

Jean-Gabriel Périot
00:10:00
Court métrage
Tous publics
Hiroshima 1914-2006
Scénario : Jean-Gabriel Périot Montage : Jean-Gabriel Périot Son : Xavier Thibault, Laure Arto Musique : Current 93 David Tibet
Envie de Tempête Productions
France
2007
DCLV
2010
VF
Le 6 août 1945, une bombe atomique à l'uranium 235 est lâchée sur la ville d’Hiroshima. Elle explose en faisant 70 000 morts sur le coup et 200 000 morts au total jusqu'à la fin du XXe siècle. Ce sont ces personnes disparues que désigne le titre du film de Jean-Gabriel Périot bien qu’elles ne soient pas présentes à l’image. Que vous suggère cette absence, cette latence d’une violence passée ? Il est à ce propos intéressant de mettre en perspective la démarche de réalisateurs comme Alain Resnais qui se sont confrontés à la représentation de telles tragédies et qui, plutôt que de tenter de vaines reconstitutions, ont choisi de mettre en scène l’impossibilité qu’il y a à représenter l’horreur. Si la bombe A a parfois été associée au cinéma - le portrait de Rita Hayworth, célèbre actrice américaine des années 40, sera par exemple collé sur une des premières bombes atomiques baptisée Gilda, du nom d’un de ses plus grands succès - il s’agit ici pour Jean-Gabriel Périot d'user de la spécificité du médium cinématographique pour, en paraphrasant Chris Marker, réparer à l’endroit de l’accroc le tissu du temps. Au premier abord, 200 000 fantômes se présente ainsi comme un « film-mémorial » qui, comme les monuments aux morts, vise à lutter contre l’inexorable usure provoquée par le temps et à maintenir vivante la mémoire d’un épisode particulièrement tragique de l’humanité. Il n’est à ce titre pas insignifiant que le motif principal du film soit le mémorial de la Paix d'Hiroshima, monument classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, qui fut le seul bâtiment à proximité du lieu où explosa la bombe à rester debout. Mais paradoxalement, le point focal de l’image, le monument en tant que tel, semble peu à peu se soustraire à notre regard, pris qu’il est dans un urbanisme de plus en plus envahissant. L’épicentre du film semble peu à peu s’évanouir et rend ainsi visible le processus d’oubli nécessaire au retour à la vie. De ce point de vue, 200 000 fantômes devient l’exact envers d’un mémorial. Comme dans les films de Resnais ou Marker, la mémoire s’y trouve indissociablement liée à l’oubli, dont on sait qu’une des fonctions principales est de faire le tri entre les souvenirs, les informations accumulées. La mémoire, elle aussi, a ses propres limites. Quels liens est-il possible de faire entre cette constatation et l’usage que le réalisateur fait de la surface de l’écran dans le film où le noir initial est peu à peu envahi par l’image jusqu’à saturation ? Le film est composé de photographies provenant de sources hétéroclites (fonds publics, archives de la ville, photographies de particuliers et pour ce qui est de la dernière partie du film, clichés que le réalisateur a lui-même réalisés sur place) pour parvenir, à partir de fragments de mémoires individuelles, à (re)construire une mémoire collective. Il peut être intéressant ici d’interroger la dialectique qu’instaure le film entre la photographie et le cinéma et redoublant le couple mémoire-oubli. La première se trouve en effet être du côté de la trace, de la fixation d’un instant tandis que le second s’inscrit de fait dans le devenir, la mutation, le flux. En quoi peut-on dire à ce propos que dans ce film c’est le passage du temps, élément qui fait fondamentalement défaut à la photographie, qui fait récit ? On pourra mettre en relation cette réflexion avec les paroles de la chanson accompagnant le film ?
2009 : Paris « Césars » Pré sélection 2008 : Limoges « Festival de courts métrages » Prix de la jeunesse, Prix du public Vannes « Rencontres du Cinéma Européen » Prix Coco Breizh Paris « Les lutins du court métrage » Lutin du meilleur montage Clermont-Ferrand « Festival national et international du Court Métrage » Lyon « Les Inattendus » 2007 : Vendôme « Festival du film de Vendôme » Prix de la jeunesse Aix-en-Provence « Festival Tous Courts » Mention spéciale du jury Pantin Festival du film court "Côté court" Annecy « Festival international du film d'animation » Contis « Festival international de Contis » Ris-Orangis « Cinéssonne Festival du cinéma européen en Essonne » Gentilly - Arcueil « Les Ecrans documentaires Le réel en scène » Vic-le-Comte « Rencontres du film documentaire “Traces de vies” » Lyon « Doc en courts »
Films passerelles : Clean time ; Nous

titre  réalisateur(s)  genre  pays  durée 
voir 13 ans Rudi Rosenberg comédie France 00:10:00
voir 13 figures de Sarah Beauchesne au 71, rue Blanche Véronique Aubouy, Christophe Boutin France 00:04:00
voir 200 000 fantômes (Nijuman no borei) Jean-Gabriel Périot France 00:10:00
voir A tes amours Olivier Peyon France 00:06:00
voir Aglaée Rudi Rosenberg France 00:20:00
voir Aïssa Clément Tréhin-Lalanne drame France 00:08:00
voir Allan Frédéric Azar France 00:08:00
voir American football Morgan Simon comédie France 00:25:00
voir Amsterdam Philippe Etienne France 00:20:00
voir Au bout du monde Konstantin Bronzit France 00:07:27
voir Babel Hendrick Dusollier France 00:16:00
voir Barres Luc Moullet France 00:15:00
voir Be quiet Sameh Zoabi France 00:20:00
voir Beauduc Laurent Teyssier comédie dramatique France 00:13:20
voir Belle gueule Emma Benestan comédie dramatique France 00:25:00
voir Blind spot Johanna Bessiere, Nicolas Chauvelot, Olivier Clert, Cécile Dubois Herry, Yvon Jardel, Simon Rouby comédie dramatique France 00:04:00
voir Bonne nuit Valéry Rosier France 00:18:00
voir Bonne nuit Malik Bruno Danan France 00:15:00
voir C’était pas la guerre Alexandrine Brisson France 00:27:00
voir Carlitopolis Luis Nieto France 00:03:00
voir Ce n’est pas un film de cow-boys Benjamin Parent France 00:12:00
voir Chamonix Valérie Mrejen France 00:12:00
voir Chaque jour et demain Fabrice Main France 00:13:00
voir Charles Péguy au lavomatic Chantal Richard France 00:15:00
voir Chat Philippe Lasry comédie dramatique France 00:15:00
voir Chère grand-mère Patrice Dubosc France 00:18:00
voir Cheveu Julien Hallard France 00:18:00
voir Clean time (Le soleil en plein hiver) Didier Nion France 00:26:00
voir Coagulate Mihai Grecu France 00:06:00
voir Cousines Lyes Salem France 00:31:00
voir Cyclope de la mer (Le) Philippe Jullien France 00:13:00
voir Dimanche soir Solange Martin France 00:05:00
voir Do you have the shine ? Johan Thurfjeil Suède 00:05:00
voir Dounouia (La vie) Olivier Broudeur, Anthony Quéré France 00:20:00
voir Droit chemin (Le) Mathias Gokalp France 00:12:00
voir Du soleil en hiver Samuel Collardey France 00:17:00
voir Edmond était un âne Franck Dion comédie dramatique 00:15:00
voir Émilie Muller Yvon Marciano France 00:20:00
voir En rachâchant Danièle Huillet, Jean-Marie Straub France 00:07:00
voir Ennemis intérieurs Sélim Azzazi drame France 00:28:00

| 1 | 2 | 3 | 4 |

classement partitre  réalisateurs durée