Accueil > DCLV

Retour à : Plein air Retour à : Séances Spéciales Retour à : DCLV

Rechercher

DCLV : Clean time (Le soleil en plein hiver)

Didier Nion
00:26:00
Court métrage
documentaire
Tous publics
Marc est un ancien toxicomane. Ce film est l'histoire d'une errance qui a changé de sens. D'une errance sans espoir de retour, elle est devenue le champ de tous les possibles.
Image : Didier Nion Montage : Pascale Mons Son : Didier Nion
Mille et Une Films
France
1997
DCLV
2010
VF
Le documentaire est souvent perçu comme un geste cinématographique visant à instruire ou à informer le spectateur sur tel ou tel sujet. Pourtant au regard du film de Didier Nion, on ne peut s’empêcher de penser qu’il ne s’agit pas d’un film sur un ancien toxicomane, mais bien d’un film fait avec lui, qu’une véritable rencontre en est à l’origine. Marc est ainsi bien moins le sujet du film au sens traditionnel (qui fait de son sujet un objet) que le véritable sujet de l’énonciation de ce dernier dans la mesure où le film ne réduit pas sa personne au rang de simple personnage, bien au contraire. Le film révèle ainsi tout le pouvoir des mots. Ne pourrait-on pas avancer que pour Marc, le fait de participer à l’élaboration de ce film, de pouvoir dire à nouveau Je face à la caméra, participe pleinement de son processus de reconstruction ? En quoi peut-on dire que nous sommes ici à mille lieux de l’image cristallisée dans l’imaginaire collectif du toxicomane et du misérabilisme qu’elle draine généralement avec elle ? Le réalisateur n’est pas ici le grand ordonnateur qui garde la maîtrise absolue de la ligne dessinée par le film car ici le film semble être fait par ses deux acteurs, à savoir le réalisateur et son « sujet », agissant à part égale sur sa mise en scène. À ce propos, que provoque sur la réception du film le fait qu’il ait été tourné en Super 8 ? On aura à l’esprit que le Super 8 fut dans les années 60 le support privilégié de l’expression de l’intimité familiale. Ces images « domestiques », à l’image des photos et des films de famille que nous conservons tous dans nos placards, sont souvent la trace de moments de retrouvailles, de fêtes ou de manière générale la célébration de la joie d’être ensemble. On en retrouve l’écho dans la séquence du voilier qui ponctue le film. L’usage de ce format léger de tournage, tout en spontanéité apparente et qu’on peut rapprocher du concept de caméra-stylo, peut par ailleurs être mis en parallèle avec la volubilité et le caractère affirmé de Marc. Le cœur du film est le rapport qu’entretient Marc avec la temporalité. Preuve en est l’égrainage des jours d’abstinence (clean time) qui fait l’ouverture de chaque prise. Chaque jour clean passé est comme une victoire, car il s’agit bien ici d’un combat contre le temps, et l’issue en est toujours incertaine. C’est aussi une des grandes questions qui travaillent le cinéma. Se trouvent ici emboîtées trois temporalités distinctes : le temps de tournage qui s’est étalé sur quatre ans (loin du temps télévisuel donc), le temps de la prise qui en Super8 est de 2mn30 et qui contraint donc à saisir dans ce court laps de temps quelque chose (loin du travail au long cours que permet le numérique actuellement) et le temps du film enfin, celui qu’éprouve le spectateur dans la salle de projection. Alors que l’on passe le plus clair de ses jours à courir derrière le temps, le cinéma propose justement un moment privilégié pour en prendre la pulsation, pour l’éprouver. On pourrait presque dire qu’on va au cinéma pour gagner du temps. Tout le parcours de Marc vise à retrouver un rapport au temps sain qui permette de libérer un espace dans lequel viendra s’épanouir le monde sensible qui lui fait face. Marc pourrait très bien être en ce sens un des multiples visages du spectateur de cinéma. Le film se termine sur l’image du désert puis sur l’immensité de l’océan. Lieux d’introspection s’il en est, lieux aussi des plus hautes privations, lieux enfin d’ouverture sur un horizon qui s’éloigne à mesure qu’on avance et qui reste ainsi perpétuellement à investir. Que vous évoque personnellement cette fin ? - Bartlomiej Woznica
1999 : Gentilly « Festival de Gentilly » 1997 : Angers « Festival Premiers plans » Vendôme « Festival du film de Vendôme » Lussas « Etats généraux du film documentaire »
Films passerelles : Les mains ; 200 000 fantômes ; Le bleu du ciel ; Eremia, eremia

titre  réalisateur(s)  genre  pays  durée 
voir Madagascar, carnet de voyage Bastien Dubois France 00:12:00
voir Maintenant Inès Rabadan Belgique 00:18:00
voir Maison de poussière (La) Jean-Claude Rozec France 00:11:35
voir Manque de preuves Hayoun Kwon France 00:10:00
voir Marée haute Caroline Champetier France 00:17:00
voir Matelassière (La) Alain Cavalier France 00:12:00
voir Mi-temps Mathias Gokalp France 00:17:00
voir Migrations Constantin Chamski France 00:04:00
voir Molii Mourad Boudaoud, Carine May, Yassine Qnia, Hakim Zouhani comédie France 00:14:00
voir Monstre Antoine Barraud France 00:28:00
voir Nous Olivier Hems France 00:11:00
voir Nue Catherine Bernstein France 00:08:00
voir Nyaman’ gouacou (Viande de ta mère) Laurent Sénéchal France 00:19:00
voir Obras Hendrick Dusollier France 00:12:00
voir Open the door please Joana Hadjithomas, Khalil Joreige France 00:12:00
voir Paris Monopole Antonin Peretjatko France 00:19:00
voir Passeur (Le) Danielle Arbid France 00:12:00
voir Pavane de l’ange Patrick Pleutin France 00:10:00
voir Petite lumière Alain Gomis France 00:15:00
voir Pieds verts Elsa Duhamel France 00:04:10
voir Pinces à linge (Les) Joël Brisse France 00:23:00
voir Plastic and glass Tessa Joosse France / Pays-Bas 00:09:00
voir Regards libres Romain Delange France 00:11:00
voir Réplique Antoine Giorgini comédie France 00:19:00
voir Résistance aux tremblements Olivier Hems France 00:15:00
voir Rhapsody Constance Meyer France 00:15:20
voir Sarah Kadija Leclere France 00:14:00
voir Schenglet ® Laurent Nègre Suisse 00:07:00
voir Skhizein Jérémy Clapin France 00:14:00
voir Sole entre l’eau et le sable (La) Angèle Chiodo France 00:15:00
voir Sous la lame de l’épée Hélier Cisterne comédie dramatique France 00:12:30
voir Sous le bleu David Oelhoffen France 00:21:00
voir Sous tes doigts Marie-Christine Courtès comédie dramatique France 00:13:00
voir Sylvain Rivière Guillaume Bureau France 00:21:00
voir Taxi Wala Lola Frederich France 00:16:00
voir Tombés du nid Loïc Espuche France 00:04:19
voir Tous les enfants s’appellent Dominique Nicolas Silhol comédie dramatique France 00:20:00
voir Tremblay-en-France Vincent Vizioz France 00:21:00
voir Trompe lʼœil Florent Sauze drame France 00:18:00
voir Virée à Paname (La) Carine May, Hakim Zouhani France 00:23:00

| 1 | 2 | 3 | 4 |

classement partitre  réalisateurs durée