Accueil > DCLV

Retour à : Plein air Retour à : Séances Spéciales Retour à : DCLV

Rechercher

DCLV : Bonne nuit

Valéry Rosier
00:18:00
Court métrage
fiction
Tous publics
Philippe travaille dans une entreprise de démolition. Ce soir, Philippe a la garde de ses enfants. Il passe les prendre comme chaque mois chez son ex-femme. Il ne réagit pas comme d’habitude. Ce soir, les enfants ne dormiront pas chez lui.
Alain Eloy, Clémentine Lefeuvre, Martin Combes, Dominique Lange, Didier Mathyron, Mélanie Delache
Scénario : Valery Rosier Image : Hichame Alaouie Montage : Damien Keyeux - Son : Arnaud Calvar, Virginie Messiaen, Luc Thomas Musique : Cyrille de Haes
Petrouchka Films
France
2008
DCLV
2010
VF
[Blog du film->http://bonnenuitlefilm.blogspot.fr]
La représentation de la famille au cinéma s’est progressivement transformée au cours des dernières décennies accompagnant ainsi la désagrégation, tout du moins symbolique, du système patriarcal. Reflet par ailleurs d’une crise sociale qui ébranle la fonction traditionnellement attribuée à l’homme : assurer par le travail la subsistance économique de la cellule familiale, on croise très fréquemment à l’écran des pères à l’autorité contestée, dépassés par les événements auxquels ils se trouvent confrontés, défaillants voire tout simplement absents. Le court métrage, lui aussi, participe bien évidemment de cette tendance. Caractériser cette représentation telle qu’elle est mise en œuvre dans Bonne nuit. Stylistiquement, l’approche vise ici un rendu « documentaire ». Caméra à l’épaule, flous ponctuels (comme si l’opérateur chargé de la mise au point était en retard sur une action surgissant sur le vif et donc imprévisible), personnages précédant toujours une caméra cherchant en permanence à rattraper et à coller à son sujet, sont autant de paramètres avec lesquels le réalisateur joue pour lester son film d’un poids de réalité, manière qu’on retrouve par exemple dans le cinéma des frères Dardenne. En quoi ces choix à l’image sont-ils prolongés par ceux effectués au montage ? Mais si elle se veut réaliste, cette traversée de la nuit a aussi un caractère somnambulique, voire cauchemardesque si l’on se place du point de vue du père. Relever les éléments qui participent de cette ambiance teintée d’onirisme. La mise en scène de Valéry Rosier tend par ailleurs à faire émerger l’humanité, la vulnérabilité et les failles de ses personnages en essayant d’éviter tout misérabilisme. Une certaine pudeur, une délicatesse dans l’approche par la caméra des personnages filmés bien souvent de ¾ dos traduit ce souci. Cette approche ne peut-elle pas aussi être interprétée comme une traduction de la difficulté du père à affronter et à exposer à ses propres enfants sa situation réelle ? Repérer à ce propos l’utilisation qui est faite du gros plan, du hors champ ainsi que des non-dits pour ce qui est des dialogues. Tout l’enjeu du film est de faire tenir deux points de vue différents sur une même réalité sans que ceux-ci soient amenés à se rencontrer. Il s’agit en effet pour le père de maquiller aux yeux de ses enfants une situation désespérée en une virée sur laquelle soufflerait un vent de liberté. Non seulement pour faire illusion sur son image tutélaire mais peut-être aussi pour tenir sa progéniture à l’écart des difficultés que nous tend parfois la réalité sociale. Il est intéressant à ce propos de noter qu’au moment où le garçon découvre la vérité sur la situation de son père, il prend à sa charge de prolonger la fiction initiée par ce dernier. D’une illusion l’autre. Explicitez ce qui, à vos yeux, sous-tend la réaction du jeune garçon. Cette prétendue balade nocturne fait osciller le film entre la chronique sociale et le road-movie. On retrouve ainsi quelques-unes des figures de ce genre typiquement nord-américain : une traversée dont l’enjeu n’est pas ici l’espace mais le temps d’une nuit, les différentes stations accompagnées de leur lot de rencontres improbables et, bien sûr, l’espace primordial de la voiture. Mais si dans le road-movie traditionnel la voiture est l’incarnation mécanique de la liberté, elle véhicule aussi ici d’autres enjeux. Comment le réalisateur joue-t-il de l’espace intérieur du véhicule pour en faire un révélateur de l’état de cette cellule familiale, des tensions qui la traversent et des positions respectives que chacun y occupe ? - Bartlomiej Woznica
2009 : Bruxelles « Festival du court-métrage » Grand prix Belgrade « Festival du court-métrage et documentaire » Grand prix Alès « Festival itinérances » Prix spécial du jury Vaulx-en-velin « Festival du film court francophone » Grand prix Dresde « Festival du court metrage » Mention speciale du jury
Films passerelles : La falaise ; Nous

titre  réalisateur(s)  genre  pays  durée 
voir 13 ans Rudi Rosenberg comédie France 00:10:00
voir 13 figures de Sarah Beauchesne au 71, rue Blanche Véronique Aubouy, Christophe Boutin France 00:04:00
voir 200 000 fantômes (Nijuman no borei) Jean-Gabriel Périot France 00:10:00
voir A tes amours Olivier Peyon France 00:06:00
voir Aglaée Rudi Rosenberg France 00:20:00
voir Aïssa Clément Tréhin-Lalanne drame France 00:08:00
voir Allan Frédéric Azar France 00:08:00
voir American football Morgan Simon comédie France 00:25:00
voir Amsterdam Philippe Etienne France 00:20:00
voir Au bout du monde Konstantin Bronzit France 00:07:27
voir Babel Hendrick Dusollier France 00:16:00
voir Barres Luc Moullet France 00:15:00
voir Be quiet Sameh Zoabi France 00:20:00
voir Beauduc Laurent Teyssier comédie dramatique France 00:13:20
voir Belle gueule Emma Benestan comédie dramatique France 00:25:00
voir Blind spot Johanna Bessiere, Nicolas Chauvelot, Olivier Clert, Cécile Dubois Herry, Yvon Jardel, Simon Rouby comédie dramatique France 00:04:00
voir Bonne nuit Valéry Rosier France 00:18:00
voir Bonne nuit Malik Bruno Danan France 00:15:00
voir C’était pas la guerre Alexandrine Brisson France 00:27:00
voir Carlitopolis Luis Nieto France 00:03:00
voir Ce n’est pas un film de cow-boys Benjamin Parent France 00:12:00
voir Chamonix Valérie Mrejen France 00:12:00
voir Chaque jour et demain Fabrice Main France 00:13:00
voir Charles Péguy au lavomatic Chantal Richard France 00:15:00
voir Chat Philippe Lasry comédie dramatique France 00:15:00
voir Chère grand-mère Patrice Dubosc France 00:18:00
voir Cheveu Julien Hallard France 00:18:00
voir Clean time (Le soleil en plein hiver) Didier Nion France 00:26:00
voir Coagulate Mihai Grecu France 00:06:00
voir Cousines Lyes Salem France 00:31:00
voir Cyclope de la mer (Le) Philippe Jullien France 00:13:00
voir Dimanche soir Solange Martin France 00:05:00
voir Do you have the shine ? Johan Thurfjeil Suède 00:05:00
voir Dounouia (La vie) Olivier Broudeur, Anthony Quéré France 00:20:00
voir Droit chemin (Le) Mathias Gokalp France 00:12:00
voir Du soleil en hiver Samuel Collardey France 00:17:00
voir Edmond était un âne Franck Dion comédie dramatique 00:15:00
voir Émilie Muller Yvon Marciano France 00:20:00
voir En rachâchant Danièle Huillet, Jean-Marie Straub France 00:07:00
voir Ennemis intérieurs Sélim Azzazi drame France 00:28:00

| 1 | 2 | 3 | 4 |

classement partitre  réalisateurs durée