Accueil > DCLV

Retour à : Plein air Retour à : Séances Spéciales Retour à : DCLV

Rechercher

DCLV : Les fantômes de l’usine

Brahim Fritah
00:08:10
Court métrage
fiction
Tous publics
“ Tu balaies, tu jettes les poubelles, t’essuies les tables et lentement ton esprit flotte. ” A quoi pense le jeune balayeur ? A quoi rêve-t-il ?
Bilel Bouakel / Avec les voix de Reda Kateb, Yanis Bahloul
Scénario : Brahim Fritah / Image : Pascal Lagriffoul, Brahim Fritah / Son : Matthieu Tibi / Décors : Sandra Castello / Montage : Catherine Mantion
Dodes Kaden Films
France
2014
DCLV
2017
VF
Composé en grande partie de photographies (ce qui peut ne pas être dit aux spectateurs découvrant le film), Les fantômes de l’usine adopte une démarche atemporelle pour raconter l’histoire d’un lieu tel que s’en souvient le protagoniste. Sa voix, des photos des années 1980, d’autres plus contemporaines, nous invitent à circuler au milieu de ce lieu aujourd’hui abandonné mais qui fut pour lui un terrain de jeu de son enfance. Hantée autant par ses souvenirs que par la désertion, cette usine devient personnage à part entière, avec ses respirations, ses mouvements, ses couleurs propres. Au-delà d’un lieu de travail, elle est montrée comme un lieu de vie, un espace de jeu. Dimension quasi fantastique, assez rare au cinéma, car c’est surtout le point de vue social ou économique qui est généralement associé aux usines, et ce donc souvent par le biais d’une représentation réaliste. Cette composition singulière, poétique et intimiste, mêle un « il était une fois » à des questionnements plus immédiats. Elle permet ainsi de distinguer le merveilleux du fantastique. Le fantastique fait intervenir des événements surnaturels, inédits, dans un monde qui est le nôtre. Le merveilleux est générateur d’êtres imaginaires : géants, ogres, personnages hybrides… On y admet toutefois l’existence d’un monde dans lequel ces créatures ont pleinement leur place. La présence de ces fantômes de l’usine est une anomalie, et cette anomalie, née de souvenirs, produit le récit : doit-on en avoir peur ? Faut-il les accepter ? Qui les a convoqué ? Quelles traces ont-ils laissé ? Brahim Fritah voulait rendre hommage aux ouvriers qui travaillaient dans l’usine où il habitait enfant. En se servant de quelques rushs non utilisés de son premier long métrage Chroniques d’une cour de récré et aussi d’autres images réalisées spécialement pour ce film, il donne à son film un ton de conte contemporain, expliquant que « Les fantômes de l’usine est en partie autobiographique. Le texte en voix off s’inspire de souvenirs et de réflexions personnelles glanées au fil de mon adolescence dans l’usine. Mais c’est aussi un récit de fiction, notamment ce qui concerne les fantômes, ceux des ouvriers, celui du conte qui ouvre le film ». Cet hommage montre comme des réminiscences fantomatiques, les travailleurs de l’usine (de celle-ci mais également peut-être des autres qui ont elles aussi subies le même sort : la fermeture). Ce film, comme un rêve, se joue du temps et de l’espace. De la fixité des images photographiques surgit parfois un mouvement (la pluie dans la cour, l’enfant à l’appareil photo). Celui-ci se fait sentir également dans le son qui signale une présence forte de mouvements (geste, frottement, souffle…) par le biais de nombreuses variations sonores. Les deux voix (enfant, adulte) fonctionnent comme les deux temps du récit, s’emmêlent. L’existence fantomatique des corps est renforcée par l’utilisation de formes abstraites : granulation, flou, effets de lumière, de transparence et de surimpression, lueur cristalline (dont le son se fait aussi l’écho) traduisent cette réminiscence magique et naïve à la fois. - Sébastien Ronceray
Palmarès || 2016 : Paris CNC Prix « Aide après réalisation du court métrage » (ex « Prix de qualité ») - Sélections || 2015 : Clermont-Ferrand « Festival international du court métrage » / São Paulo « Festival international de court métrage » / Grenoble « Festival du Film Court en plein air » / Brest « Festival Européen du Film Court » / 2014 : Gindou « Rencontres Cinéma » / Abu Dhabi « Festival International du Film »
Films passerelles : Gagarine ; Sous tes doigts ; Chaque jour et demain

titre  réalisateur(s)  genre  pays  durée 
voir Erémia, Erèmia Olivier Broudeur, Anthony Quéré France 00:12:00
voir Espace Eléonor Gilbert France 00:14:45
voir Eut-elle été criminelle… Jean-Gabriel Périot France 00:09:00
voir Fais croquer Yassine Qnia France 00:22:00
voir Fard David Alapont, Luis Briceno France 00:13:00
voir Final Irène Jouannet France 00:14:00
voir Foutaises Jean-Pierre Jeunet comédie France 07:00:00
voir Gagarine Fanny Liatard, Jérémy Trouilh comédie dramatique France 00:16:00
voir Gbanga-Tita Thierry Knauff Belgique 00:07:00
voir Guy Moquet Demis Herenger comédie dramatique France 00:29:54
voir Herbe collée à mes coudes respire le soleil (L’) Jérôme Descamps France 00:06:00
voir Heureux anniversaire Pierre Etaix, Jean-Claude Carrière comédie France 00:12:00
voir Histoire tragique avec fin heureuse (História trágica com final feliz) Regina Pessoa France 00:08:00
voir Il était une fois l’huile Vincent Paronnaud alias Winshluss France 00:15:00
voir Il fait beau dans la plus belle ville du monde Valérie Donzelli France 00:12:00
voir Irinka et Sandrinka Sandrine Stoïanov France 00:17:00
voir J’ai pris la foudre Laurent Larivière France 00:20:00
voir Je m’appelle Stéphane Elmadjian France 00:17:00
voir Jean-Fares Lyes Salem comédie France 00:10:00
voir Jeune Fauve (Le) Jérémie Dubois comédie dramatique France 00:24:45
voir Jeunesses françaises Stéphan Castang France 00:19:00
voir Kracivy Parij Raphaël Girardot comédie France 00:12:00
voir L’hiver est proche Hugo Chesnard drame France 00:14:00
voir La course nue Benoît Forgeard comédie France 20:30:00
voir La falaise Faouzi Bensaïdi France 00:18:00
voir La leçon de guitare Martin Rit France 00:17:00
voir La leçon de natation Danny De Vent France 00:10:00
voir La meilleure façon de tracer L'Amicale du réel France 00:12:00
voir La pelote de laine Fatma Zohra Zamoum France 00:14:00
voir La Traversée Maeva Poli France 00:12:00
voir Le bleu du ciel Christian Dor France 00:28:00
voir Le dimanche de la mamma Mario Caniglia France 00:11:00
voir Le p’tit bal Philippe Découflé France 00:04:00
voir Le petit dragon Bruno Collet France / Suisse 00:08:00
voir Le Poirier John Mc Ilduff comédie dramatique France 00:12:00
voir Leave not a Cloud Behind Pablo Gonzalez France 00:07:00
voir Les fantômes de l’usine Brahim Fritah France 00:08:10
voir Les mains Christophe Loizillon France 00:20:00
voir Lettre (La) Michel Gondry France 00:13:00
voir Lisa Lorenzo Recio France 00:19:00

| 1 | 2 | 3 | 4 |

classement partitre  réalisateurs durée