Accueil > DCLV

Retour à : Plein air Retour à : Séances Spéciales Retour à : DCLV

Rechercher

DCLV : Erémia, Erèmia

Olivier Broudeur, Anthony Quéré
00:12:00
Court métrage
fiction
Tous publics
Un homme tente de se libérer d’un travail aliénant par une pratique sportive intense. En mêlant son corps à la brutalité des éléments naturels, il espère trouver, dans l’écheveau des sensations, la sérénité nécessaire à son existence.
Vincent Deniard, Jean-Pierre Gaillard, René Pellen
Scénario : Olivier Broudeur, Anthony Quéré Image : Jules Raillard, Fabrice Main, Alan Guichaoua Montage : Julien Cadilhac Décors : Michaël Riou Son : Pablo Salaun
Aber images
France
2007
DCLV
2010
VF
Dans ce récit cinématographique où le protagoniste semble essentiellement défini par son isolement et son rapport au corps, quelle place les exercices physiques auxquels il se livre occupent-ils dans sa vie quotidienne ? Quels en sont les enjeux ? S’agit-il d’une simple relation narcissique du personnage à son propre corps ? Ne lui permettent-ils pas d’échapper au cadre des obligations sociales, de conquérir « ses » propres espaces de liberté en se confrontant tout autant à l’ordre de la nature qu’à lui-même ? Entre « ascèse » et quête identitaire, l’activité sportive ne vise la recherche d’aucune performance, mais relève d’un véritable geste de survie mentale, voire d’une entreprise d’introspection. Ainsi le corps de cet ermite des temps modernes (il vit seul dans une caravane isolée) devient le site d’une résistance au cadre des contraintes socioprofessionnelles que le personnage vit comme aliénant. C’est au sein de la nature que le personnage semble se « retrouver», en s’imposant comme l’un de ses éléments, en incarnant une sorte de « force climatique ». Au contraire, sur le lieu de son activité professionnelle dont il ressent le caractère opprimant, le personnage est comme en « apnée psychique », comme « absent » au lieu et à lui-même, à l’exception de la scène où, venant en aide à l’un de ces collègues, il oppose « sa » puissance contenue au discours du contremaître. Ce mouvement psychique par lequel le personnage « revient » au réel est inscrit au sein même de la bande-son. De même, de nombreux plans traduisent visuellement le sentiment d’incarcération qui habite le personnage lorsqu’il se trouve dans l’espace de l’usine d’équarrissage, comme lors de l’ouverture du film où son corps apparaît à l’écran dans un montage de plans aux cadrages très resserrés. Le personnage n’existe ainsi comme totalité que dans le cadre naturel et sa psychologie reste profondément dépendante des lieux et des situations, elle évolue avec eux. Dans ce film, où pratiquement aucune parole ne sera prononcée, la bande sonore joue pourtant un rôle prépondérant et s’impose comme un véritable lieu de la mise en scène et de la composition dramaturgique. Les environnements sonores créés par le réalisateur participent pleinement à la production du sens, à la définition de l’état psychologique du personnage et de son rapport aux lieux. Par exemple, en nous faisant entendre les battements de son cœur et sa respiration soutenue, le cinéaste compose de véritables gros plans sonores qui « mettent en son » une intériorité tournée vers elle-même. - Jean-Marc Génuite
2009 : Prix à la qualité du CNC Nomination aux « Lutins du court métrage » 2008 : Clermont-Ferrand « Festival national et international du Court Métrage » Prix spécial du jury Vélizy-Villacoublay « Festival du court métrage » Pantin Festival du film court "Côté court" 2006 : Brest « Concours Estran » Prix du meilleur scénario
Films passerelles : J’ai pris la foudre ; Clean Time ; Le bleu du ciel

titre  réalisateur(s)  genre  pays  durée 
voir La leçon de guitare Martin Rit France 00:17:00
voir Du soleil en hiver Samuel Collardey France 00:17:00
voir Irinka et Sandrinka Sandrine Stoïanov France 00:17:00
voir Babel Hendrick Dusollier France 00:16:00
voir Taxi Wala Lola Frederich France 00:16:00
voir Gagarine Fanny Liatard, Jérémy Trouilh comédie dramatique France 00:16:00
voir Rhapsody Constance Meyer France 00:15:20
voir Sole entre l’eau et le sable (La) Angèle Chiodo France 00:15:00
voir Edmond était un âne Franck Dion comédie dramatique 00:15:00
voir Résistance aux tremblements Olivier Hems France 00:15:00
voir Bonne nuit Malik Bruno Danan France 00:15:00
voir Il était une fois l’huile Vincent Paronnaud alias Winshluss France 00:15:00
voir Barres Luc Moullet France 00:15:00
voir Petite lumière Alain Gomis France 00:15:00
voir Charles Péguy au lavomatic Chantal Richard France 00:15:00
voir Chat Philippe Lasry comédie dramatique France 00:15:00
voir Espace Eléonor Gilbert France 00:14:45
voir Sarah Kadija Leclere France 00:14:00
voir Final Irène Jouannet France 00:14:00
voir La pelote de laine Fatma Zohra Zamoum France 00:14:00
voir Skhizein Jérémy Clapin France 00:14:00
voir Molii Mourad Boudaoud, Carine May, Yassine Qnia, Hakim Zouhani comédie France 00:14:00
voir L’hiver est proche Hugo Chesnard drame France 00:14:00
voir Beauduc Laurent Teyssier comédie dramatique France 00:13:20
voir Lettre (La) Michel Gondry France 00:13:00
voir Fard David Alapont, Luis Briceno France 00:13:00
voir Cyclope de la mer (Le) Philippe Jullien France 00:13:00
voir Walking on the Wild Side Dominique Abel, Fiona Gordon Belgique 00:13:00
voir Sous tes doigts Marie-Christine Courtès comédie dramatique France 00:13:00
voir Chaque jour et demain Fabrice Main France 00:13:00
voir Sous la lame de l’épée Hélier Cisterne comédie dramatique France 00:12:30
voir Kracivy Parij Raphaël Girardot comédie France 00:12:00
voir Le Poirier John Mc Ilduff comédie dramatique France 00:12:00
voir Erémia, Erèmia Olivier Broudeur, Anthony Quéré France 00:12:00
voir Open the door please Joana Hadjithomas, Khalil Joreige France 00:12:00
voir Madagascar, carnet de voyage Bastien Dubois France 00:12:00
voir Droit chemin (Le) Mathias Gokalp France 00:12:00
voir Passeur (Le) Danielle Arbid France 00:12:00
voir La meilleure façon de tracer L'Amicale du réel France 00:12:00
voir Il fait beau dans la plus belle ville du monde Valérie Donzelli France 00:12:00

| 1 | 2 | 3 | 4 |

classement partitre  réalisateurs durée