Film du mois : La Traversée

Élisabeth Leuvrey
01:12:00
Long métrage
documentaire
Chaque été, ils sont nombreux à transiter par la mer entre la France et l’Algérie, entre Marseille et Alger. Des voitures chargées jusqu’au capot… des paquetages de toutes sortes… des hommes chargés de sacs et d’histoires. En mer, nous ne sommes plus en France et pas encore en Algérie, et vice-versa. Depuis le huis clos singulier du bateau, dans le va-et-vient et la parenthèse du voyage, la traversée replace au cœur du passage ces femmes et ces hommes bringuebalés.
Les Écrans du Large
France
2013
Film du mois
0000
Élisabeth Leuvrey est née à Alger. En 1974, sa famille arrive (ou revient ?) en France. C’est après avoir entrepris un retour en Algérie qu’elle initie les allers-retours en bateau entre Marseille et Alger qui donneront naissance au film. Sur le ferry L’Ile de beauté se côtoient générations, algériens et français « de souche » ou « issus de l’immigration », vacanciers mais aussi ceux qui auraient préféré rester sur l’autre rive. Allons-nous vers Alger ou vers Marseille ? Quelle ville, quel pays quittons-nous ? Les langues se délient dans cet entre-deux, cet espace indéfini qui lie autant qu’il sépare. La mer à perte de vue met en marche les mémoires, et ces hommes et ces femmes se confient, plus volontiers peut-être qu’ils ne l’auraient fait sur terre, à la réalisatrice qui reste sagement derrière sa caméra. Élisabeth Leuvrey n’entre jamais dans le champ, sa parole n’interfère pas dans les réflexions mêlées de souvenirs des passagers qui, comme elle, font et refont pour la plupart cette traversée à la fois spatiale et intérieure. Chaque voyage est comme un recommencement, un moment d’introspection pendant lequel chacun s’interroge et interroge son voisin, sur ses origines, son appartenance. Dans cet entre-deux, tous semblent s’accorder sur un point : la France et l’Algérie sont deux pays de Cocagne et terrifiants à la fois, des pays de cœur et de raison dont ils ne sauraient se séparer, entre lesquels ils ne pourraient choisir, alors même qu’ils ont le sentiment de ne plus tout à fait avoir d’identité. Entre espoir et résignation, chacun révèle la part de lui-même qu’il a laissé là-bas, ou qu’il croit pouvoir trouver de l’autre côté. La force du film vient aussi de l’absence de misérabilisme. La force des passagers en transit et l’espoir qu’ils affichent, faussement parfois, transcende la douleur de l’exil et des séparations qui impliquent souvent des retrouvailles, fussent-elles fugaces.
Née en 1968 à Alger (Algérie), Elisabeth Leuvrey est une ancienne élève de l’Institut de Langues Orientales de Paris. Entre 1991 et 1998, elle est assistante de réalisation pour la société Album Productions sur les films de Jean-Luc Léon (Les Lapirov passent à l’Ouest, Un tramway à Moscou, Le marchand, l’artiste et le collectionneur). Elle réalise en 1998 son premier court métrage documentaire, Matti Ke Lal - fils de la terre, qui sera sélectionné et primé dans de nombreux festivals. La Traversée (2006) est son deuxième film. Elle prépare actuellement une trilogie documentaire en Algérie qui a reçu la bourse Louis Lumière (Villa Médicis Hors les Murs), la bourse de la « SCAM Brouillon d’un rêve » ainsi que l’aide à l’écriture du CNC.
Prix cinématographique Bouamari-Vautier décerné par l’Association France Algérie (AFA)
{La Traversée} est soutenu par l’Acsé ([Fonds Images de la diversité->http://www.lacse.fr/wps/portal/internet/acse/accueil/annonceslegales/appelaprojets/commissionimagesdeladiversite/ledispositif])
Shellac