< >

DVD Traces

DVD Traces (2015)

Depuis le lancement du dispositif en 1991, la vidéothèque de films d’ateliers Passeurs d’images ne cesse de s’étoffer de films d’une singularité impressionnante. Tous présentent la particularité de permettre à des jeunes et des moins jeunes d’imaginer, de construire ou de partager des histoires qui leur tiennent à coeur. Chaque film constitue une trace à part entière : trace physique d’un atelier qui a mobilisé l’énergie de jeunes, de partenaires sociaux, de porteurs de projets et d’intervenants professionnels, mais également trace d’un apprentissage et de découvertes qui, nous l’espérons, imprègne chacun des participants d’une façon ou d’une autre.

Ce DVD ne présente qu’un très mince échantillon des nombreux films d’ateliers réalisés chaque année dans le cadre des ateliers Passeurs d’images à travers lequel nous avons essayé de retranscrire la diversité qui les qualifie. Il ne s’agit pas d’élire les « meilleurs films » de l’année. Juger ces films ne s’incrit pas dans notre mission : il est essentiel de garder à l’esprit que ces courts métrages résultent d’un important travail d’éducation à l’image, d’initiation, d’apprentissage et de transmission. Ils sont le fruit de découvertes et d’expériences. En toute modestie, parfois avec maladresse mais surtout avec une incroyable sincérité, ils nous poussent à observer, à questionner et se proposent comme de véritables outils de réflexion d’une pertinence indéniable.

En écho aux 13e Rencontres Passeurs d’images, nous avons choisi 10 films afin de poursuivre l’exploration des trois thématiques abordées lors de la journée des jeunes du samedi 19 décembre 2015 – Traces de ville, Traces de soi, Traces 2.0.

La première questionne les interactions possibles avec le paysage urbain par le jeu, la déambulation et l’échange. Se fondre dans l’espace urbain (Invisibles), le parcourir (Le silure), l’investir et y évoluer (Nana…) ou encore le présenter (Une première lettre pour Sao Paulo) sont autant de façons singulières d’appréhender la ville et de se l’approprier.
La seconde met en relation des films qui interrogent la construction de soi dans l’espace social, révélant combien il est parfois nécessaire de déconstruire une idée reçue (Et si on y allait), de partager des expériences collectives (Le deal), de donner un peu de soi (Le globoflexeur) et de s’intéresser aux rêves de tous (Notre rêve) pour s’accepter et s’épanouir.
La troisième amène à questionner la création, la diffusion et la circulation des images sur les réseaux sociaux, à travers l’expression et la représentation de soi, de l’autre (2.0 Mensonges et vidéos), et parfois d’un autre « soi » (Fausse identité), sans négliger l’emprise qu’elles peuvent exercer sur la vie quotidienne.

Entre espace urbain et espace numérique, nous vous proposons de saisir à votre tour les traces qui émanent de ces films et espérons que vous y trouverez matière à réflexion.

Jeanne MÉGLY
Coordination nationale Passeurs d’images

Films présentés sur ce DVD

Invisibles
Fiction, 06’36, 2014 – Clermont-Ferrand, Auvergne

Nana…
Clip, 03’47, 2015 – Nice, Provence-Alpes-Côte d’Azur

Une première lettre pour Sao Paulo
Documentaire, 07’54, 2015 – Clichy-sous-Bois, Île-de-France

Le silure
Animation, 02’38, 2014 – Thury-Harcourt, Basse-Normandie

Et si on y allait
Fiction, 08’02, 2014 – Obernai, Alsace

Le globoflexeur
Documentaire, 07’52, 2015 – YEFF – Bruxelles, Belgique

Notre rêve
Animation, 04’35, 2015 – Grenoble, Rhône-Alpes

Le deal
Fiction, 22’09, 2015 – Saint-Herblain, Pays de la Loire

2.0 Mensonges et vidéos
Docufiction, 14’11, 2015 – Tourcoing, Nord-Pas-de-Calais

Fausse identité
Fiction, 09’34, 2015 – Bordeaux, Aquitaine