<

Territoires et acteurs de Passeurs d’images

Les projets Passeurs d’images se déroulent au sein d’un territoire identifié : le quartier, la ville, l’agglomération, le canton, le pays…

Les territoires inscrits dans un Contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) seront privilégiés. Une attention particulière sera portée sur les 215 quartiers concernés par le programme d’action intitulé Dynamique Espoir Banlieues, DEB, prévu de 2009 à 2012.

La coordination locale est le porteur de projet au niveau territorial choisi. Elle anime un comité local de partenaires qui assure la mise en œuvre du projet en accord avec la coordination régionale.

L’organisation d’un projet mis en place par le porteur de projet implique au moins :

  • un acteur culturel : la salle de cinéma est privilégiée ;
  • à défaut ou en complémentarité, d’autres structures sont concernées : médiathèques, associations culturelles, les espaces publics numériques (EPN), etc. ;
  • une collectivité : commune ou communauté de communes ;
  • une structure en relation avec le public concerné : maison de quartier, centre social, MJC, foyer d’accueil, hôpital, maison d’arrêt, associations d’action sociale, etc.

Tous les autres partenariats peuvent être envisagés :

  • préfectures,
  • délégations régionales et/ou départementales et leurs réseaux ;
  • les Directions régionales ou départementales de la Jeunesse et des Sports ;
  • directions régionales de l’Agence pour la Cohésion sociale et l’égalité des chances, (puis, à partir de 2010 : Les Directions régionales de la cohésion sociale, Directions départementales de la cohésion sociale, les Directions départementales des populations et de la cohésion sociale ou les Directions départementales de la protection des populations) ;
  • cellules départementales et locales Ville Vie vacances ;
  • directions régionales de l’action sanitaire et sociale ;
  • directions départementales de la Protection judicaire de la jeunesse ;
  • agences régionales d’hospitalisation ;
  • conseils régionaux et généraux et leurs services ;
  • caisses d’allocations familiales ;
  • chefs de projets Contrat urbain de cohésion sociale ;
  • éducateurs de prévention ;
  • associations caritatives ;
  • fédérations d’éducation populaire ;
  • maisons de quartier ;
  • foyers de jeunes travailleurs ;
  • missions locales ;
  • centres d’hébergement ;
  • associations de quartier ;
  • équipes de développement locales ;
  • milieu scolaire, notamment inscrits en ZEP ou en REP ;
  • conseillers d’éducation populaire et de jeunesse ;
  • les relais des programmes : "culture / hôpital" et "culture / justice" ;
  • etc.

Voir en ligne : Atlas régional des contrats urbains de cohésion sociale (CUCS)