Aubervilliers : conférence de Jean-Marie Pradier

Le 13 mai 2013
lundi 13 mai 2013
19h | Conférence : {La vue sous influence, entre vision(s), et regard} par Jean-Marie Pradier, éthnoscénologue, Professeur émérite (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) | théâtre de la Commune

Dans le cadre des Conférences Campus Condorcet, consacrées cette année à L’image en danger - destruction, censure, manipulation, Jean-Marie Pradier, éthnoscénologue, Professeur émérite de l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, tiendra une conférence intitulée La vue sous influence, entre vision(s), et regard

Les potentialités biologiques de la capacité visuelle humaine et son organisation fondent l’originalité du regard. Sa complexité l’écarte radicalement de tout modèle machine. Ce que perçoivent les individus n’est pas un objet univoque, produit d’un enchaînement de causes mécaniques. Le regard est historique, local, élément d’une expérience personnelle et collective élargie aux autres sens, aux savoirs, à la réflexion, à l’attention, sensible au désir et aux attentes. Que voyons-nous ? Quelle vue nous est-elle insupportable ou admirable ? Les anomalies médicales de la vision ont en écho les anomalies cognitives, philosophiques, religieuses. Illusions d’optique, paréidolie [1], tests projectifs, manipulations graphiques illustrent la capacité de l’image à agir sur l’état de la personne parfois à son insu. De même, les codes culturels orientent la perception et l’interprétation, allant jusqu’à fasciner, ou tout au contraire à rendre insupportable sa vision.

Plus d’informations sur le cycle de conférences : www.campus-condorcet.fr

Théâtre de la Commune
2 rue Édouard-Poisson
93304 Aubervilliers
M° ligne 7 Aubervilliers – Quatre Chemins
Bus 150 direction Gare de Saint-Denis
RER-Tramway - arrêt André Karman


L’image en danger - destruction, censure, manipulation
Un cycle de dix conférences de septembre 2012 à juin 2013 consacrée aux images, objet central de réflexion pour toutes les sciences de l’homme et de la société.

Des travaux récents et importants ont mis l’accent sur le pouvoir des images, sur les effets qu’elles produisent par leurs formes et leurs usages, tant sur les individus que sur les masses. Nous proposons de retourner la question : parce que l’image est puissante et peut même sembler dangereuse, ne se met-elle pas elle-même en danger en s’attirant les critiques et la violence iconoclaste, en subissant censure, mutilations et stratégies de détournement ? Aux mouvements de réforme, aux poussées de radicalisme religieux, aux accès de moralisme pudibond, aux triomphes du despotisme, mais aussi aux émotions révolutionnaires, les images, à l’instar des hommes eux-mêmes, ont toujours payé l’un des plus lourds tribus. La destruction des idoles est un hommage rendu à leur puissance. Il en est allé ainsi des images dans l’histoire la plus ancienne, comme il en va aujourd’hui, dans notre monde médiatique, des images virtuelles qui tissent sur la toile de nouveaux réseaux sociaux en s’obstinant à défier les menaces de la censure.
Pour éclairer ce débat, une dizaine de conférenciers présenteront en alternance des situations historiques de « mise en danger » des images (iconoclasme byzantin, Réforme protestante, condamnation de l’« Art dégénéré » par les Nazis, etc.) et quelques-uns des nouveaux défis – techniques, esthétiques, politiques – auxquels les images doivent face à l’ère du numérique et de la toile mondialisée.

Jean-Claude Schmitt
Président du conseil scientifique, historien, directeur d’études, EHESS

Notes

[1Un élément visuel informe est identifié à une forme humaine ou animale reconnaissable.