RN2019

Télécharger le programme complet des Rencontres
en cliquant ici (format PDF - 28 pages)
L’association Passeurs d’images, en coproduction avec Sauve qui peut le court métrage et l’AcrirA, organise ses premières Rencontres nationales autour de la théma- tique de l’intimité partagée.
À l’heure du web social, les selfies, stories et autres contenus visuels et audiovisuels permettant de se mettre en scène face aux autres inondent les canaux et supports numériques. Rétrospectivement, l’homme a entretenu une propension historique à se mettre en scène, s’identifier et se raconter à travers les images. Le geste de se représenter oscille bien souvent entre création et communication, et les tendances en la matière sont révélatrices des codes et des usages sociaux contemporains, à l’époque où ces phénomènes s’accroissent. Au même titre que l’apparition de la photographie ou l’invention de la caméra portative qui ont démocratisé les pratiques amatrices sur le long terme, l’expansion du numérique et le diktat des modèles d’influence favorisent l’expression de soi, de son quotidien, de son intériorité. De nos jours, l’invisibilité sur internet désinhibe les utilisateur.rice.s mais génère également des identités fictives et parfois multiples. L’intime, quand il est exposé, exprime bien les deux : ne donner à voir qu’une partie de soi pour validation par autrui, dans le but d’interagir directement sur la construction de son identité réelle, en rapport avec les regards des autres, leurs opinions et leurs réactions.
Cette journée construite autour de discussions, d’échanges, de projections et de retours d’expériences a pour ambition de s’interroger sur une problématique qui restructure les différentes approches de la transmission.
Ainsi, cette rencontre posera la question de l’intimité partagée, en lien avec ses reconfigurations amenées par l’essor de numérique et les nouveaux usages qui en découlent. Divers concepts inhérents à la (re)présentation de soi sur les réseaux sociaux, et plus largement sur tous supports numériques, seront articulés avec une réflexion générale autour de l’accompagnement pédagogique possible de ces pratiques, qui évoluent notamment au fil des innovations technologiques.
L’intimité partagée, ses manifestations et les possibilités didactiques que l’on peut déployer autour, seront abordées selon différents prismes complémentaires. Des regards de professionnel.le.s croisé.e.s autour de questionnements sociologiques, cinématographiques, artistiques et éthiques, permettront ainsi de tisser une réflexion commune, participative et interactive entre les intervenant.e.s et l’auditoire.
De quelles manières se manifestent ces nouvelles formes de monstration de soi, de représentation de soi, d’intime dévoilé ? Quelles en sont les causes et les conséquences, tant au niveau individuel qu’au niveau social et sociétal ? Vers quelles perspectives pédagogiques peut-on se tourner en tant qu’acteur.rice.s de l’éducation aux et par les images afin d’inscrire ces pratiques dans une dynamique positive et créative ? Comment accompagner la gestion et l’appropriation de l’estime de soi, de son intimité, de la protection de ses données et de la validation de sa singularité par les pairs, sans être soumis aux modèles dominants les plus largement diffusés et les plus facilement appropriantes ?

8h45 / Café d’accueil
9h – 10h /Ouverture (sous réserve de confirmations)
avec Jean-Claude Saurel, Président de Sauve qui peut le court métrage; Daphné Bruneau, Cheffe du service de l’action territoriale et de la diffusion culturelle - Direction de la création, des territoires et des publics au CNC; Corinne Bord, Cheffe du bureau de la promotion de la citoyenneté, de la prévention des discriminations et de la culture - Direction de la ville et de la cohésion urbaine au CGET; Jacqueline Broll, Directrice du pôle action culturelle et territoriale de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes; Patrick Facchinetti, Délégué général de l’association Passeurs d’images.
9h30 / Introduction
par Natacha Cyrulnik, réalisatrice de documentaires et enseignante - chercheure et Emmanuel Vergès, ingénieur informaticien, docteur en Info-Communication et enseignant.
10h / 1ÈRE DISCUSSION
avec Olivier Aïm, maître de conférences à l’École des hautes études en sciences de l’information et de la communication – Celsa et Mylène Frogé, étudiante en « Didactique de l’image».
11h/ PAUSE
11h15 / Projection - Je ne t’aime pas
avec le réalisateur Tommy Weber et Laurent Cantet, réalisateur et Président de l'association Passeurs d'images
12h – 14h / PAUSE-DÉJEUNER 
14h / 2ème discussion
avec She Deraz, du collectif Les internettes, créatrice de contenus web, photographe et youtubeuse; Arnaud Sylla, association Hebe, psycho clinicien spécialisé dans le numérique et Ludivine Demol, doctorante à l’Université Paris 8 de Saint-Denis.
15h15 / PAUSE 
15h30 / 3ème discussion
Avec Anne Dizerbo, Docteur en sciences de l’éducation à l’Université de Rouen; Irvin Anneix, réalisateur, auteur multimédia et encadrant d’ateliers; Sonia Winter, art-thérapeute (photographie, cinéma et audiovisuel) et doctorante sur les possibilités psycho-sociales de l’image sous la direction de Serge Tisseron et Elsie Russier, directrice du pôle laboratoire du Clemi.
17h / CONCLUSION
par Natacha Cyrulnik et Emmanuel Vergès
°°°
CLÔTURE 
par Laurent Cantet, Président de l’association Passeurs d’images

Introduction
EMMANUEL VERGÈS
Emmanuel Vergès est ingénieur informaticien, docteur en Info-Communication et enseignant à l’Université d’Aix-Marseille. Il a œuvré à ZINC, à la Friche Belle de Mai et dans le champ des cultures et des arts numériques pendant quinze ans. Il a déployé ses connaissances et ses capacités dans l’éducation populaire, écrit des programmes informatiques ou des essais, fait une radio pirate, et est un fervent adepte du DIY. Maintenant, il coopère au sein d'une structure qui accompagne les transitions culturelles, sociales, éducatives et économiques, d’une société « en régime numérique » vers une société « des communs , l'Office.
NATACHA CYRULNIK
Natacha Cyrulnik est réalisatrice de documentaires et enseignante - chercheure à l’Université d’Aix-Marseille. Elle a réalisé de nombreux films qui traitent presque toujours de questions en lien avec le territoire : que ce soit à travers ses 15 années de réalisation de films dans des cités du Sud de la France (sous forme d’ateliers ou de documentaires de création), ou dans le cadre de sa série Les traces algériennes sur les liens intimes qui se tissent entre la France et l’Algérie, par exemple. Elle en a fait également un sujet de recherche. Elle a plus particulièrement analysé les situations d’ateliers d’expérience artistique au cinéma dans un ouvrage Qu’est-ce que l’éducation artistique au cinéma  (Ed. Entretemps), en s’appuyant sur sa propre pratique d’atelier, mais aussi sur celles de nombreux autres réalisateurs ou associations afin de tenter d’en cerner les situations et les enjeux.
10h / PREMIÈRE PARTIE
Causes et manifestations de l'intimité partagée

 

Olivier Aïm

Olivier Aïm est maître de conférences au CELSA (Sorbonne-Université), École des hautes études en Sciences de l’Information et de la Communication. Ses travaux portent sur la théorie des médias et plus particulièrement sur l’analyse des écrans et de leurs interrelations. La question de la télévision et de ses spectacles est au cœur de son travail de thèse en 2006. Ses travaux de recherche se sont élargis depuis à l’ensemble des formes culturelles et médiatiques et à leurs évolutions. Il publie dans diverses revues et journaux en ligne.

Mylène Frogé

Mylène Frogé est étudiante en deuxième année de Master de « Didactique de l'image : production d’outils, art de la transmission à la Sorbonne Nouvelle Paris 3, après une Licence de Cinéma-Audiovisuel. Passionnée par les cultures numériques, le cinéma et l'éducation, elle travaille sur un mémoire ayant pour sujet YouTube comme outil pédagogique : enseigner le Cinéma et l'Audiovisuel par l'analyse et la création de contenus audiovisuels. En parallèle, elle monte, actuellement, un projet de thèse autour de la formation des professeur.e.s aux nouveaux médias comme YouTube et des enjeux pédagogiques de ce type de plateformes. 
11h15 / INTERLUDE

 

Tommy Weber

Tommy s’intéresse au cinéma dès son plus jeune âge et s’éprend particulièrement de Jacques Tati et de Maurice Pialat. Il réalise à l’âge de 18 ans son premier long-métrage autoproduit, En pleine mer (2001). En parallèle, il crée Lemons Production, société de production de films de fiction et de pièces de théâtre. Entre 2008 et 2015, il réalise trois nouveaux longs métrages autoproduits Callao, Quand je ne dors pas et Tête de chien, sélectionnés et récompensés dans de nombreux festivals. Depuis, il a tourné Je ne t’aime pas pour Arte, et deux films en post-production. Actuellement, il prépare le tournage Come Prima  l'adaptation de la BD d’Alfred, produit par Alcatraz Films.

Laurent Cantet

Après des études de photographie à Marseille, Laurent Cantet entre à l’IDHEC en 1984. À sa sortie, il travaille comme chef-opérateur sur des courts métrages, avant d’en tourner deux lui-même, dont Tous à la manif (Prix Jean Vigo 1995). En 1999, il réalise Les Sanguinaires, dans le cadre de la collection  ARTE « 2 000 vu par... », puis Ressources humaines, César du Meilleur Premier Film. Suivent L’Emploi du temps et Vers le Sud, avant la consécration d’Entre les murs, d’après le roman de François Bégaudeau, Palme d’or à Cannes en 2008. Il tourne ensuite son premier film à l’étranger, Foxfire : Confessions d’un gang de filles, d’après le roman de J.C Oates. Après Retour à Ithaque !(2014), il réalise L’Atelier présenté à Un Certain Regard à Cannes en 2017. Il est aujourd’hui Président de l’association Passeurs d’images. 
14h / DEUXIÈME PARTIE
Conséquences des reconfigurations numériques de l'intimité partagée

 

Arnaud Sylla

Arnaud Sylla est psychologue clinicien au Centre Oreste (centre de consultation ambulatoire en psychologie clinique de l’adolescence à Tours). Il est aussi responsable de projet et Président de l’association Hébé. En parallèle, il est aussi intervenant au DIU Addictologie et DU Psychopathologie de l’adolescent, chargé d’enseignement en psychopathologie psychanalytique école d’orthophonie Université de Tours, et il poursuite des recherches cliniques sur les médiations thérapeutiques et le lien social.
www.asso-hebe.fr

Ludivine Demol

Ludivine Demol est chercheure doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication et réalise une thèse sur la consommation pornographique des adolescentes. Son travail porte sur ce que les jeunes ont à dire de leurs sexualités et consommations pornographiques, et également sur les discours des institutions et adultes. Elle intervient aussi bien auprès du grand public - médias, festivals... - qu’auprès de publics professionnels pour former des personnels travaillant auprès de jeunes - hôpital, Protection Judiciaire de la Jeunesse, associations. Dans ses interventions, elle aborde et/ou approfondit les travaux sur la pornographie et sur la consommation des jeunes, elle apporte des outils afin de mieux comprendre les discours médiatiques et mieux appréhender le lien qu’entretiennent les jeunes avec leur genre, leur sexualité et la pornographie. Elle fait partie du comité de lecture de la revue En Marges, qui explore les enjeux politiques de l’intime par l’art et les sciences sociales.

She Deraz

She Deraz est secrétaire générale au sein de l'association des Internettes. Les Internettes visent à encourager et accompagner les créatrices vidéo sur le web. Leur action se décompose en quatre axes principaux: l'organisation de masterclass qui permettent aux créatrices de rencontrer des vidéastes chevronné·es venu·es partager leur expérience, d'un pôle fiction, qui par le biais d'ateliers leur permet d'acquérir des connaissances techniques et pratiques avec des intervenant·es professionnel.le.s, le concours des Pouces d'Or, permettant de remporter 50 à 500€ de matériel audiovisuel et un mentorat personnalisé et enfin des apéritifs permettant de favoriser la mise en réseau. En dehors de l'association, She est également photographe et est elle-même vidéaste.
www.lesinternettes.com
15h30 / TROISIÈME PARTIE
Possibilités pédagogiques et perspectives d'accompagnements
des nouvelles formes d'intimité partagée

 

Sonia Winter

Sonia Winter est artiste vidéaste diplômée en photographie, cinéma et audiovisuel (Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière, Université Paris VIII, BTS audiovisuel Boulogne), puis en art-thérapie spécialité arts visuels (Master 2 Pro et recherche, Sciences humaines, Paris V). Elle continue aujourd’hui des travaux de recherche sur les possibilités psycho-sociales du langage vidéo (Doctorat en psychanalyse et psychopathologie, Paris VII, thèse sous la direction de Serge Tisseron).
www.soniawinter.fr

Irvin Anneix

Irvin Anneix est artiste vidéaste et encadrant d’ateliers.
Ses projets sont collaboratifs, réalisés main dans la main avec le public adolescent et les publics prioritaires. Ses projets sont accompagnés par des associations et des structures culturelles sur les territoires impliqués. Dans la volonté d’imposer une relation d’égal à égal, Irvin définit un cadre créatif et se positionne en retrait, pour laisser aux participant.e.s la liberté de s’emparer d’une idée et d’exprimer toute leur créativité.
www.irvinanneix.fr

Anne Dizerbo

Anne Dizerbo est chercheure associée au CREAD (Centre de Recherche sur l’Éducation, les Apprentissages et la Didactique) à Rennes, à EXPERICE (Centre de Recherche Interuniversitaire Expérience Ressources Culturelles Éducation) à Paris et au CIRNEF [thème : Enfants, Jeunes et Adultes en Interactions et Dialogues (EJAID)]. Elle est également enseignante en Lettres modernes dans l’Académie de Rennes.
Sa thèse, inscrite dans le champ de la recherche biographique en éducation, s’est intéressée aux modalités de subjectivation du parcours scolaire et du parcours d’orientation par les élèves.

Elsie Russier

Elsie Russier est ingénieure de formation et responsable par intérim du Pôle Labo - Formation du CLEMI (Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information). Elle conçoit et anime des actions de formation, coordonne des projets de partenariat et participe également à la production de ressources pédagogiques.
Professeure documentaliste, titulaire d'un Master 2 en ingénierie de la formation à distance, elle a exercé dans plusieurs établissements scolaires - collège, lycée général et technologique, lycée professionnel.
www.clemi.fr
Adresse
La Jetée
6 Place Michel de l'Hospital
63058 Clermont-Ferrand
Télécharger le programme complet des Rencontres
en cliquant ici (format PDF - 28 pages)
Inscriptions
Inscription gratuite et obligatoire dans la limite des places disponibles.
Cliquez ici ! 
Nous contacter
info@passeursdimages.fr
09 51 52 38 29
RÉALISATION DE L'AFFICHE DES RENCONTRES NATIONALES 
L'affiche a été réalisée, réfléchie, mise en texte, en mots et en dessins par les élèves de première communication visuelle (CVP) et les premières de Réalisation Produits Imprimés et plurimédia (RRIP) du Lycée La Fayette de Clermont-Ferrand. 
Pendant une semaine, ils ont eu la tâche de réaliser l'affiche sur le thème des Rencontres. 
Participants à l'atelier
Lou Guittard, Alison Leguillon, Allyson Chiron, Hugo Beauvallet, Camille Michaud, élèves de première communication visuelle. 

Ryan Hakem, Jenna Marsat, Julian Lafaye, Dorian Teixeira, Elisa Sève-Feyfeux, Melian Tuhimitu
Soutiens et accompagnement
par Ludovic Chavarot, artiste et dessinateur

et Mandelle Besset, Florence Emch, David Morel-A-Lhuissier, professeur.e.s 

INVITATION DES PÔLES RÉGIONAUX D'ÉDUCATION AUX IMAGES
Temps commun - Mardi 5 février 2019
(La Jetée, Clermont-Ferrand) 
Les Pôles d'éducation aux images fêtent leurs 20 ans et invitent à cette occasion le réseau Passeurs d'images à partager des retours d'expériences et à dialoguer autour de la thématique :
"Les nouveaux modes de narration et les nouvelles pratiques : quelles possibilités d’éducation artistique et d’action culturelle avec les jeux vidéo, la réalité augmentée (RA), la réalité virtuelle (VR), les séries ?"
Lien du programme et de l'inscription : cliquez ici !
PARCOURS EN FESTIVAL  
Mardi 5 février 
Dans le cadre de leurs Rencontres, l’association Passeurs d’images, avec le concours des coordinations régionales Passeurs d'images et le Festival de Clermont Ferrand, organise un parcours en festival. Des jeunes de la mission locale de Limoges, du FJT de Saint Etienne et de participants au projet Web'art reporters d'Angoulême viennent découvrir des films de la programmation du festival, ainsi que l’univers des métiers du cinéma à travers la visite de l’Atelier, école éphémère et la rencontre avec les réalisateurs de la sélection nationale. Vous pouvez rencontrer ces jeunes lors du déjéneur du 6 février au Corum Saint Jean.
COCKTAIL 
Mardi 5 février, à partir de 18h 
L'association Passeurs d'images organise un cocktail dinatoire convivial au pub The Salvation Jane, ouvert aux professionnel.le.s sous réservation.
14 rue Terasse, 63000 Clermont-Ferrand

 

 

 

Co-organisées par
En partenariat avec