Les enjeux de la concertation

Présentation de l’association Passeurs d’images, qui a été fondée en 2017, après une consultation de tous les membres du réseau, avec un nouveau projet refondu sur 3 ans, qui est parti des territoires et des besoins et des attentes des coordinateurs régionaux du dispositif historique Passeurs d’images qui existe depuis 1991.
À travers sa réponse à l’appel à initiatives pour coordonner les dispositifs scolaires qui a été lancé en 2018 et en prenant appui sur son plan d’action, Passeurs d’images souhaite structurer ce projet en partenariat étroit avec l’ensemble du réseau des professionnels du cinéma et de l’image, dont les salles et les réseaux de salles de cinéma et en conformité avec la charte pour l’éducation artistique et culturelle du Haut Conseil de l’éducation artistique et culturelle. Il s’agit de conserver l’identité de chaque dispositif tout en favorisant les passerelles entre les différents temps, et en réaffirmant les fondamentaux (découverte des films en salle ensemble, l’importance de la pratique...)
À la différence du réseau Passeurs d’images, qui est composé de 21 coordinations régionales, le réseau des dispositifs scolaires est beaucoup plus ample. Néanmoins, nous souhaitons enclencher le même processus de co-construction. Dans ce cadre-là, nous lançons ces concertations : pour débattre, échanger, pas forcément être d’accord, mais en tout cas essayer d’articuler au mieux ce qui se fait sur le territoire et la coordination nationale dans l’objectif d’un projet horizontal et non vertical, efficace et productif.  Dès octobre 2019, nous allons organiser dans chaque région de métropole et des Outre-Mer des concertations en nous appuyant sur les Directions régionales des affaires culturelles du ministère de la Culture et leurs partenaires (services de l’Etat dont les rectorats et le réseau Canopé, collectivités territoriales, Pôles régionaux d’éducation aux images, etc…) avec pour objectif de nourrir un projet partagé. Le fruit de ces concertations donnera lieu après l’été 2020 à la tenue d’une Conférence sur l’éducation aux images suivie de l’assemblée générale extraordinaire de notre association qui fera évoluer sa dénomination sociale, son projet associatif et sa gouvernance.

 

Présentation de l’action de la coordination nationale par l’équipe de Passeurs d’images :
- Conseil et expertise, les membres de l'équipe essayent d’être au plus près du terrain, même sur le terrain : rencontres nationales, équipe disponible auprès des coordinateurs de façon permanente, participation au groupe AFCAE jeune public.
- Associer les coordinateurs aux dossiers en cours et à la réflexion sur les dispositifs : associés à la rencontre / groupes de réflexion lancés par le CNC comme pour maternelle.
- Assurer des partenariats signifiants pour l’activité : Agence du court-métrage, Images en Bibliothèque, Retour d’images...
- Lancer et soutenir des projet innovants : par exemple sur Maternelle, action qui est encore expérimentale mais qui a vocation à être reconnue par les institutions comme un dispositif.
- Assurer la participation de la coordination aux instances de choix de films.
- Production de ressources pédagogiques : Cahiers de notes, Nanouk (on y trouve les cahiers de notes dématérialisés mais aussi des outils pour un travail en classe pour les enseignants basé dans la pédagogie de l’extrait).
- Projets expérimentaux inter-regionnaux (pour l’instant pour le réseau hors temps scolaire mais à vocation à être testé aussi à terme pour le temps scolaire). L’association Passeurs d’images a pour vocation à favoriser les expérimentations conduites par les coordinations régionales du dispositif Passeurs d’images. Dans ce cadre, l’association soutient chaque année un projet pilote interrégional conduit par au moins trois régions et, sur la base d’une évaluation, ayant vocation à être essaimé sur l’ensemble du territoire. Il s’agit d’accompagner et de qualifier les projets soutenus. Le dispositif Passeurs d’images est un dispositif protéiforme décliné selon les réalités territoriales et le maillage avec les acteurs de terrain. Il s’agit donc de prendre en compte ces réalités et de proposer des formes expérimentales de dispositifs adaptés aux territoires en s’appuyant, notamment, sur ce qui fait la force du réseau : les ateliers de pratique.
Au sein de ces expérimentations interrégionales, la coordination nationale a pour mission de qualifier, d’animer et de coordonner ces projets, d’en faire le suivi, de mettre ses partenaires en réseau ainsi que d’en organiser et d’en mener l’évaluation; tout comme la restitution et la valorisation des résultats et productions obtenus au niveau national et/ou régional.
En 2018/2019, l’expérimentation interrégionale s’articule autour de la thématique des séries audiovisuelles. En 2019/2020, le sujet choisi pour l’expérimentation interrégionale a été axée sur la notion de migration.
- Création d'une plateforme collaborative qui a pour volonté de valoriser les ressources des coordinations et de favoriser l'accès à tous aux pratiques et expériences du secteur de l'éducation aux images. Il était primordial pour un réseau d’une telle ampleur de se doter de cet outil, encore non expérimenté dans l’éducation aux images : celui de la collaboration valorisée et de la mise à disposition par tous et pour tous.
Cette plateforme a concrètement pour objectifs :
de mutualiser les ressources produites qu'elles soient pédagogiques, expérimentales, intellectuelles et théoriques par les acteurs du secteur. Cette mutualisation sera rendue possible par l'élaboration d'un espace privé de travail dans lequel les coordinations en région et  les porteurs de projets pourront y intégrer leurs données et actualités.
· de proposer une banque de programmes et une banque d'images qui seraient téléchargeables et exploitables dans des projets d'éducation aux images.
· de produire des bilans qualitatifs et quantitatifs des différents dispositifs.
· de donner aux acteurs institutionnels régionaux investis dans le dispositif Passeurs d'images le moyen de communiquer sur leurs actions de façon spécifique.
· de permettre une visibilité globale du dispositif à la coordination nationale qui n'est pas présente sur le terrain de manière concrète et de mieux communiquer pour elle auprès des institutionnels et des partenaires.
· de s’adresser à tous :
d’abord au réseau des coordinations en région et à la coordination nationale Passeurs d'images mais aussi aux intervenants aux bénéficiaires des actions menées sur le terrain comme les porteurs de projets (médiateurs et organisateurs) et les jeunes de 12 à 25 ans qui utilisent cette plateforme pour partager les films auxquels ils auront participé (sur les réseaux sociaux notamment; aux institutionnels (DRAC, préfectures, CT) et partenaires (CNC, CGET); à la presse et au grand public.
Pour prendre un exemple concret, lors de ces concertations régionales Auvergne Rhône Alpes, les coordinateurs de la région, en toute autonomie, pourraient alimenter la plateforme des restitutions d'ateliers avec ses textes et ses photos, mais aussi partager le fichier de contacts qui a été la base de l'envoi des invitations, créer des fiches sur les différents intervenants et leurs domaines de compétences. Ils pourraient l'alimenter du save the date et du programme des journées, créer un mailing et un modèle de newsletter dédié. Il serait également envisageable de mettre en ligne les différents courts métrages que nous allons découvrir. Ainsi un modèle d’organisation de concertation serait visible sur la platefeforme comme un outil pédagogique.
En terme de calendrier, nous sommes dans la phase de construction de la partie vitrine du site. La phase proprement collaborative se construira en concertation avec les coordinations et devrait être opérationnelle à partir de l’année 2020.