Atelier 1 Amiens

Restitution de l'atelier

Animateurs : Alexandre Corvaisier et Samuel Quiquempoix, association De la Suite dans les Images
Structures participantes 10h-11h30 : Studio 43, Dunkerque/ Association Atmosphères, Valenciennes/ Communauté d'Agglomération Maubeuge Val de Sambre/ Réseau Canopé/ CNC/ Cinéma Les Toiles Bruay la Brussière/ Conseil départemental de l’Aisne/ Asca/ Communauté d'agglomération du Pays de Saint-Omer/ Amiens Métropole.
Structures participantes 11h30-13h00 : ACAP/ Ciné Jeune de l’Aisne/ Conseil départemental de la Somme/ DAAC/ Ciné Saint-Leu/ CinéLigue Hauts-de-France/ DSDEN 62/ Fédération des Maisons des Jeunes et de la Culture/ Unis-Cité/ Conseil départemental de l’Aisne/ Passeurs d’images.
Quelles sont les ressources ?
Pour EEC : principalement NANOUK et les outils départementaux produits par les coordinateurs EN et/ou cinéma.
Pour CAC : Transmettre le cinéma et les documents « papier » CNC mais les sources sont plus variées que pour EEC.
Hors-temps scolaire : les partenaires salles s’appuient beaucoup sur les documents des  distributeurs.
Les coordinateurs territoriaux sont de plus en plus producteurs de ressources pédagogiques.
Quel type de ressources ?
Les coordinateurs salles disent avoir besoin de consulter des ressources pédagogiques avec une entrée « films » pour préparer les présentations de séances.
Pour les enseignants qui n’ont pas le temps de préparer leur séance pédagogique : se poser la question d’outils plus synthétiques. Renforcer la communication auprès de ce que sont les dispositifs, de ce que cela implique comme engagement.

 

La première ressource nécessaire : voir les films. Pour les programmateurs (grâce à une plateforme ou des liens de visionnage) mais aussi pour les enseignants (importance du prévisionnement).
Concernant les collégiens, volonté qu’ils créent eux-mêmes des ressources. Par exemple, l'association De la suite dans les images, dans le cadre de la relance de CAC, conçoit un blog de prescription (critique) pour faire des liens entre les différents temps de l’enfant.
Importance de l’outil papier. En amont pour CAC, les enseignants préparent très peu, ils partent de l’affiche. La carte postale EEC permet de relancer la discussion avec les parents à la maison.
Les ressources existent, comment les faire connaître ?
Comment les hiérarchiser de façon à ce que chaque public-cible trouve ce dont il a besoin ?
C’est le rôle des coordinations territoriales de répondre à une demande en fonction de l’existant et c’est le rôle par ricochet de l’association nationale de rendre compte de cet existant.
La chronologie des ressources : un travail éditorial permet de prendre en compte les publics cibles.
Quelles ressources pourraient être inventées ?
Il faut varier les façons de faire. L’enfant doit varier sa façon d’appréhender un film, il faut cultiver la souplesse. Il ne faut pas formater, systématiser l’approche des films. Si on plaque une grille de lecture, c’est ennuyeux pour l’enseignant et pour les élèves.
La pastille vidéo (avant-programmme) ne doit pas remplacer le rôle du professeur, ni le rôle du médiateur mais elle peut déclencher des pistes pédagogiques, des façons d’aborder le film. Est-ce que la systématisation des pastilles ne serait pas une bonne piste ? On peut la généraliser et la montrer avant chaque film. Pourquoi ne pas créer une banque de ressources nationale avec toutes les capsules vidéo ?

© Passeurs d’images, 2019.

© Passeurs d’images, 2019.