Appel à témoignage 2

Télérama a récemment publié un article intitulé Comment bien choisir un film pour enfants ? (n°3657, 12 février 2020). Interrogé sur cette question, pour laquelle il a d’ailleurs remis le 21 février dernier un rapport au CNC, Serge Tisseron revient sur l’opportunité d’emmener les enfants dans les salles de cinéma.
Il préconise que les films soient vus à la maison, « en DVD ou en replay, afin de pouvoir faire des pauses quand on veut, et en parler. Quitte à passer des scènes en accéléré, ou en sauter d’autres ».
Si Passeurs d’images ne peut que s’accorder avec Serge Tisseron sur la nécessité absolue de présenter aux jeunes enfants des programmes de qualité et adapté à leur âge et de leur offrir la possibilité d’en parler, l’association ne peut en faire de même avec l’idée que voir un film en salle de cinéma représenterait un danger.
L’association souhaite également rappeler qu’un rapport rendu par Sophie Marinopoulos, psychologue clinicienne, au Ministre de la culture M. Franck Riester en novembre 2019, préconise, dans le cadre d’un éveil artistique et culturel nécessaire à la santé de chacun, que les très jeunes enfants puissent fréquenter les salles de cinéma.
Depuis 30 ans, des professionnel·les de l’éducation et des professionnel·les de l’image travaillent avec conviction, ferveur et désir pour que les enfants, dès l’école maternelle et parfois même dès la crèche, rencontrent des œuvres d’art, des films de cinéma, dans des salles de cinéma.
Car la salle de cinéma est le lieu d’une expérience à la fois personnelle et commune, un lieu rare et précieux qui permet de voyager en soi et avec les autres, un lieu intime et collectif.
C’est pour cela que Passeurs d'images souhaite aujourd’hui mettre en lumière les très nombreuses actions, remarquables, qui existent sur le terrain, et qui permettent à des dizaines de milliers d’enfants entre 3 et 5 ans de participer à des séances de cinéma et de prolonger ces séances par des échanges, des expériences plastiques, corporelles, visuelles. Et grâce à cela, de se construire comme individu et de trouver une place dans le monde.
--------
Extraits de la Synthèse du Rapport Stratégie Santé Culturelle, S. Marinopoulos (février 2019)
1- Page 15, « Arguments en faveur de l’ECA-LEP »: « L’ECA-LEP est une proposition pour que l’enfant et ses parents vivent ensemble une expérience sensible, esthétique, faite d’émotions et de relations. Partager une projection cinématographique est une proposition culturelle à part entière qui permet à l’enfant de recevoir des images dans une atmosphère pensée pour lui. »
2- Page 17 : « préconisation 6 » : « La mission préconise de reconnaître le cinéma pour le tout-petit comme une nourriture culturelle et d’encourager la recherche sur les relations entre éveil culturel, images cinématographiques, développement de l’enfant et effets sur le lien parents-enfant. »
je témoigne