< >

2014 // 12e Rencontres Passeurs d’images

12e Rencontres Passeurs d’images
Jeudi 18, vendredi 19 et samedi 20 décembre 2014

KYRNÉA International en partenariat avec La Gaîté lyrique


MIGRATIONS :
flux, frontières, numérique

Pour ses 12e Rencontres, Passeurs d’images s’intéresse à différents aspects de la migration à l’ère numérique : la question des flux de personnes mais aussi de contenus et d’images ; la mutation des frontières et les nouveaux territoires, réels et virtuels, qu’elles dessinent ; l’impact du flot numérique sur le devenir de l’humain connecté et sur le parcours des migrants.
Pour explorer cette thématique, le programme propose des rencontres autour de tables rondes, de séances de projection et d’ateliers innovants et ludiques.
Pour être placées dans le vif du sujet, ces journées se déroulent à la Gaîté lyrique, haut et beau lieu d’échanges et de découverte des cultures numériques.


::Programme
Version téléchargeable


JEUDI 18 DÉCEMBRE 2014

FLUX, FRONTIÈRES, MIGRANT & NUMÉRIQUE

Entre géopolitique, géographie, ethnologie et réflexions sur la frontière, les débats du jeudi 18 décembre donneront l’occasion à des chercheurs, des artistes et des curateurs de s’exprimer sur l’évolution de la figure du migrant à l’ère numérique et son insertion sur un territoire aussi bien physique que virtuel.

Débats animés par Jean-Jacques GAY, curateur indépendant, critique d’art, enseignant en cinéma et nouvelles technologies.

> 14h30-16h20 : PRÉSENCE-ABSENCE / le migrant connecté
Les technologies numériques génèrent-elles de nouvelles formes de présence du migrant ? Peut-on articuler flux migratoires physiques (traverser les frontières, parfois au sein d’un même territoire) et les flux migratoires numériques (sur le web, selon les sites visités par les migrants, les liens créés, les formes de présence proposées) ?
Quel rôle l’image joue-t-elle dans le parcours des migrants ? Fait-elle partie du voyage, et de quelles manières ? Jusqu’où la « révolution numérique » impacte-t-elle le parcours des migrants et comment repenser la frontière entre les flux migratoires physiques et les flux migratoires numériques, entre le territoire physique et le territoire numérique ?

Intervenants :
• Catherine DI SCIULLO, responsable du centre de ressources de la Gaîté lyrique / Le projet MAP-MIE propose de s’approprier, cartographier et informer un territoire inconnu en utilisant les nouvelles technologies.
• Grégory LASSALLE, journaliste et réalisateur / À partir du documentaire L’Aventure, comment filmer le parcours des migrants ? Quels usages ont-ils des nouveaux médias ?
• Guillaume LOGEZ, directeur du SHEREL-ALEFPA, associé au laboratoire de sociologie du Centre Pierre Naville de l’Université d’Évry Val d’Essonne / Le projet Ici, là-bas, ma ville, ma langue et le film L’Aventureur mettent en images la migration d’hommes et de mots.
• Benjamin LOVELUCK, post-doctorant en sociologie des usages à Télécom ParisTech, chercheur associé au programme Migrations & numérique de la FMSH / L’atlas e-Diasporas archive les flux numériques des migrants et cherche à repenser le statut de migrant à l’ère numérique.

> 16h40-18h30 : AUX FRONTIÈRES DU RÉEL… ET DU VIRTUEL / mobilités transfrontalières
Les frontières (tout comme les représentations que l’on s’en fait) ne cessent d’évoluer. Entre des frontières physiques de plus en plus fermées et des frontières numériques absorbées par les flux, comment penser la frontière aujourd’hui ? Si sa vocation est d’être franchie voire transgressée, comment qualifier son impact sur la construction identitaire et les formes de pouvoir qu’elle génère ?
Plus largement, comment envisager la pluralité des frontières (physiques, mais aussi numériques, imaginaires, mentales) et en quoi l’image peut-elle nous aider à penser leur mutation ?

Intervenants :
• Isabelle ARVERS, critique et commissaire d’exposition / L’antiAtlas des frontières tente une approche inédite des mutations des frontières, au croisement de la recherche et de l’art.
• Maurice BENAYOUN, artiste et plasticien des arts numériques / Les Tunnels Around the World abolissent-ils les frontières, relient-ils les territoires par l’image ?
• Jean CRISTOFOL, (sous réserve), professeur de philosophie et d’épistémologie à l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence, membre de l’antiAtlas des frontières / Comment penser les frontières aujourd’hui ?
• Jonathan MILLET, réalisateur / Qu’est-ce que le documentaire Ceuta, douce prison nous apprend sur les frontières et les migrations ?
• Sarah PRZYBYL, géographe au laboratoire Migrinter, Université de Poitiers, et Fred SOUPA, réalisateur / Avec Démineurs, un projet Passeurs d’images, l’audiovisuel devient un outil d’expression au service de la notion de frontière, traitée librement par des mineurs isolés étrangers.


VENDREDI 19 DÉCEMBRE 2014

FLUX, CONTENUS, CONTRÔLE, MIGRATION DES IMAGES

Poursuite de la réflexion sur les flux et la manière dont ils recomposent le réel à l’ère numérique, avec un ancrage plus spécifique autour des images.

Débats animés par Jean-Jacques GAY, curateur indépendant, critique d’art, enseignant en cinéma et nouvelles technologies.

> 10h-12h30 : IL ÉTAIT UN FLUX / repenser le territoire à l’aune du web
Les images et les flux transforment le rapport au territoire, au mouvement, aux migrations. Que racontent ces flux d’images qui innervent nos sociétés et nos manières de voir ?
Une multitude d’outils nous propose de nous balader dans l’image comme on se baladerait dans un paysage. Des artistes investissent ce trouble et ce flux permanent d’images qui redessinent notre rapport à la carte et au territoire, au mouvement et aux migrations et redéfinit les frontières telles qu’on les connaissait.

Intervenants :
• Caroline DELIEUTRAZ, artiste / Deux visions propose de parcourir La France de Raymond Depardon sur Google Street View et interroge nos visions du monde à travers l’image et les flux.
• Nicolas MAIGRET, artiste / The Pirate Cinema rend la géographie du P2P visible, donne à voir les flux et les partages d’images sur écran, fait penser la dissémination des contenus sans contrôle.
• Anne ROQUIGNY, curatrice, artiste / WJ-S est un dispositif multi-écrans livrant une expérience immersive dans le flux. À la manière des DJ, les WJ-S puisent leurs contenus dans le web et les mixent en temps réel.
• Dork ZABUNYAN, maître de conférences en cinéma à l’Université de Lille-3 / Que nous disent les flux d’images à l’ère numérique et comment les cinéastes interrogent-ils ces usages ?

> 14h30-16h30 : LE MONDE NE SUFFIT PAS / quand les flux absorbent la frontière entre réel et virtuel
De Avatar à Avalon en passant par eXistenZ, Matrix ou Total Recall, la transformation de l’humain en flux – voire en image – irrigue une bonne partie de nos imaginaires. Avec l’avènement du numérique, du « big data » et des flux de données, la convergence de l’humain et du flux pourrait devenir réalité, brouillant la frontière entre humain et machine, réel et virtuel.
Jusqu’où accepterons-nous de déléguer la prise de décision, de nous en remettre aux machines, et pour quelles raisons ? Si le monde ne suffit pas, quelles seront les prochaines frontières à franchir ? En quoi cela impacte-t-il les manières de penser l’image ?

Intervenants :
• Jean-Baptiste BAYLE, artiste / Les Terminator Studies nous questionnent : et si la réalité rattrapait la fiction ? Et si les machines prenaient le pas sur l’humain ?
• Thomas CHENESEAU et Raphael ISDANT, artistes / HEKKAH est une entité numérique née du flux, omnisciente et curieuse, qui habite le réseau social dans le but de se nourrir de nos vies quotidiennes.
• Vincent PUIG, directeur exécutif de l’Institut de recherche et d’innovation, Centre Pompidou / Penser une nouvelle écologie homme-machine où les processus d’automatisation favorisent la désautomatisation, et donc l’interprétation, dans le flux de données qui tend à constituer une "réalité".
• Eric SADIN, écrivain, philosophe / Avènement d’un régime de représentation qui mêle indistinctement les images directement saisies par les caméras numériques et les images de synthèse.

> 17h-18h30 : SOIRÉE SPÉCIALE / PARCOURS DE CINÉMA en festivals
Projection d’une sélection d’interviews filmées.
L’opération PARCOURS DE CINÉMA en festivals propose à un public fragilisé accompagné par des structures sociales, de participer à un festival de cinéma et d’en découvrir les coulisses. Le Parcours est construit en partenariat (et avec) les bénéficiaires, et prévoit en amont et durant le festival de voir des films, de rencontrer des réalisateurs, d’être initié aux techniques de reportage et à
la construction de l’image, et de s’essayer à l’interview d’une personnalité filmée, donnant lieu à un
film court.
En 2014, des partenariats ont été engagés avec 24 festivals dont une douzaine en Ile-de-France.


SAMEDI 20 DÉCEMBRE 2014

LA JOURNÉE DES JEUNES / Projections de films d’atelier

Le samedi est l’occasion pour des jeunes de toute la France de venir présenter leurs films d’atelier réalisés dans le cadre de l’édition 2014 de Passeurs d’images, d’échanger sur cette expérience avec un réalisateur professionnel et de découvrir de nouvelles pratiques cinématographiques et audiovisuelles.

> 9h30-11h15 : MIGRATIONS ARTISTIQUES / l’enfance de l’art
Présentation par François CAMPANA
La Machine, fiction interactive à durée indéterminée, 2014 / MJC Bourroches-Valendons, Dijon (Bourgogne)

Séance animée par Amaury PIOTIN (ACRIRA / coordination Passeurs d’images Rhône-Alpes)
La Danse et les mots – 14’51, documentaire, 2013 / Ganges (Languedoc-Roussillon)
Ça débrick, expérimental, 2014 / Aubenas (Rhône Alpes)
Cartes postales vidéo – 07’00, fiction, 2014 / Lorient et Cholet (Bretagne et Pays de la Loire)
Réalisateur invité : Léo VERRIER, Dripped – 08’12, animation, 2011

> 11h30-13h : MIGRATIONS SPATIALES / voyages, voyages
Séance animée par Viviane CHAUDON (ARCADI / coordination Passeurs d’images Île-de-France)
Rome Saint Charles et la mystérieuse valise – 15’31, fiction, 2014 / Vitry-le-François (Champagne-
Ardenne)
Filmer les frontières – 38’09, documentaire (extraits), 2014 / Saint-Denis (Île-de-France)
Ici et là-bas – 19’08, documentaire (extraits), 2014 / Mont-De-Marsan (Aquitaine)
Réalisatrice invitée : Valérie MRÉJEN, ABCDEFGHIJKLMNOP(Q)RSTUVWXYZ – 06’00, documentaire,
2013

> 14h-16h : MIGRATIONS TEMPORELLES / les temps changent
Séance animée par Mahjouba GALFOUT (FOL Moselle / coordination Passeurs d’images Lorraine)
Quartier Markstein : âmes sensibles, se souvenir – 11’14, fiction, 2013 / Wittenheim (Alsace)
Jeunesses croisées – 07’15, documentaire, 2013 / Thionville (Lorraine)
Le Havre, 500 ans d’histoire animée – 06’41, documentaire, 2013 / Le Havre (Haute-Normandie)
Le Trésor de Luky Luky – 09’33, fiction, 2014 / La Rochelle (Poitou-Charentes)
Réalisateur invité : Robert-Jan LACOMBE, Kwa Heri Mandima – 10’29, documentaire, 2010

> 16h30-18h : SÉANCE DE CLÔTURE / atelier collectif
La Bande son du film, atelier de sonorisation animé par Jean-Carl FELDIS, musicien, bruiteur et ingénieur du son

En parallèle, visites d’exposition et atelier de création proposés en partenariat avec la Gaîté lyrique.


::L’ÉQUIPE DES RENCONTRES

  • KYRNÉA International
    80 rue du Faubourg Saint-Denis 75010 Paris
    Tél : 01 47 70 71 71
    www.passeursdimages.fr

Directeur : François CAMPANA
Organisation générale : Christel ARRAS
Conseiller artistique : Jean-Jaques GAY
Programmation des débats : Thomas STOLL
Programmation Journée des Jeunes : Rosine BÉNARD, Nawelle ROGER
Organisation de la Soirée spéciale PARCOURS : Réjane MOUILLOT, Élise VAUGEOIS
Communication et accueil : Maeva ALLIO, Astrid KAROUAL, Patrice LHUILLIER
Régie : Pierre BARÈS


::PARTENAIRES

Les Rencontres Passeurs d’images sont organisées en partenariat avec La Gaîté lyrique, avec le soutien du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), du Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, du Ministère de la Culture et de la Communication.
Et en 2014 avec le soutien du Conseil régional Ile-de-France pour les PARCOURS DE CINÉMA en festivals.

Avec la collaboration et la participation des réseaux Passeurs d’images, des Pôles régionaux d’éducation artistique et de formation au cinéma et à l’audiovisuel, des Fédérations d’éducation populaire, des associations nationales, régionales, locales travaillant sur le terrain de l’éducation à l’image, des structures institutionnelles, des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel, et de tous ceux pour qui l’image est un vecteur de sociabilité, d’apprentissage, de découverte et de plaisir.