Objectifs et public

Mise en place en 2006, "Des cinés, la vie !" est une opération destinée à sensibiliser à l’image les jeunes pris en charge par la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ).

Pendant plusieurs mois, les jeunes, accompagnés par leurs éducateurs et des professionnels du cinéma, voient une sélection de films et en débattent. Chaque jeune vote ensuite pour le film qu’il a préféré. Ces votes donnent lieu à l’attribution du prix "Des cinés, la vie !". Les jeunes remettent le prix au réalisateur du film choisi au cours d’une journée à Cinémathèque française.

PDF - 1.2 Mo
Plaquette DCLV 2015-2016

Les objectifs de l’opération

• Permettre l’échange, la discussion argumentée, le débat entre les jeunes spectateurs et avec leurs encadrants, autour du thème abordé ou de la forme choisie par le réalisateur.

• Responsabiliser et valoriser les jeunes à travers le vote individuel, qui est le reflet des goûts des jeunes, mais qui doit également les conduire à " penser " le film, à en comprendre les principaux aspects, à dépasser le simple spectacle pour appréhender le sens de l’œuvre.

• Sensibiliser à l’approche critique d’un art auquel les jeunes pris en charge sont souvent déjà familiers.

• Élargir, le cas échéant, leurs connaissances sur le cinéma, ses techniques, ses courants… La contribution de professionnels du cinéma et de la culture pourra alors utilement être recherchée.

De nombreux services éducatifs ont déjà mis en œuvre des modules d’initiation au cinéma ou à la vidéo. L’opération “ Des cinés, la vie ! ” se situe dans le prolongement de ces initiatives. Au-delà des objectifs cités ci-dessus, l’opération peut aussi encourager les services éducatifs à échanger sur le rapport que les adolescents entretiennent avec le cinéma, et l’image de manière plus générale. Elle soutient les réflexions menées ici ou là sur les modalités d’accompagnement des publics accueillis vers ce média omniprésent, souvent banalisé, parfois puissant.

Les publics

Peuvent participer à l’opération “ Des cinés, la vie ! ” l’ensemble des mineurs et jeunes majeurs sous protection judiciaire pris en charge au sein de tous les services de la PJJ :

  • Les services et les établissements du secteur public de la Protection Judiciaire de la Jeunesse et du secteur associatif habilité
    • Les services territoriaux éducatifs de milieu ouvert
    • Les services territoriaux éducatifs d’insertion
    • Les établissements de placement éducatif
    • Les centres éducatifs fermés, centres éducatifs renforcés
    • Les services éducatifs intervenants dans les quartiers des mineurs en Maison d’Arrêt et les services éducatifs des Etablissements Pénitentiaires pour Mineurs.
  • Les dispositifs-relais fondés sur le partenariat PJJ - Éducation Nationale

N.B. : Plusieurs structures ou unités peuvent se regrouper afin d’organiser des séances de visionnage et de débats en commun. Il n’en demeure pas moins que chacune de ces structures ou unités doit au préalable s’inscrire individuellement à l’opération en renvoyant le bulletin prévu à cet effet.

Analyser des films avec des jeunes : à quoi ça sert ?

par Adil Essolh
Éducateur à la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) au STEMO de Strasbourg, Adil Essolh s’investit dans de nombreux projets culturels. Il est aussi conseiller d’éducation à l’image pour l’association Obella . Il anime à Strasbourg une plateforme réunissant des professionnels du secteur social, éducatif et audiovisuel. Il a notamment participé à la réalisation du film d’atelier JE / Deux mains avec des jeunes sous main de justice et intervient régulièrement dans des organismes de formation. Adil Essolh participe à « Des cinés, la vie ! » depuis les débuts de l’opération et alors que débute la 7e édition, il s’interroge sur les réticences souvent énoncées quant au fait de montrer des films à des publics jeunes, notamment auteurs de délits, et d’en débattre avec eux. (...)
Lire l’article